Suite de mon retour sur XP Day, après la première journée, la deuxième sur la rétrospective et le débat sur Scrum. Après un repas en compagnie d’une partie de l’association Agile France, je reprends par un jeu afin de comprendre les mécanismes du Leadership.

Atelier « Dans la peau du Challenger »
Emmanuel Gaillot d’OCTO Technology et Luc Bizeul, aux couleurs de Pyxis Technologies nous proposent de découvrir les challengers. Alors que les leaders et les chefs d’équipe sont mis en avant dans les entreprises, finalement comment émergent des challengers ? Un billet sur le blog de Pyxis Technologies de Martin Proulx apporte aussi un point de vue intéressant sur la page « l’Equipe » que l’on trouve sur les sites des entreprises, je vous conseille d’aller le lire.

Nous voilà réunis dans une salle, environ 40 personnes. Emmanuel nous présente le cadre : un jeu politique adapté du livre « Playing politics: The Nightmare continues » de Michael Laver. Par groupe de 8 personnes, nous sélectionnons un leader. Pour notre groupe nous prenons le plus âgé (le plus sage aussi) à savoir Michel. L’exercice va constituer à jouer une campagne politique, afin de voir comment des Challengeurs émergent dans une organisation. Chaque équipe décide d’une politique budgétaire, ce qui fait qu’ensuite nous devrons trouver quelle équipe a une politique assez proche, afin de nous allier avec elle.

Luc joue le rôle de la Banque. Un ensemble de Loi permet de cadrer le jeu. Nous pouvons proposer des lois. Le premier élu a une orientation très communautaire et souhaite partager le revenu du plus riche avec le suivant… Mais il se fera exclure car une des Lois est de ne pas justement faire voter des lois pour forcer une équipe à donner de l’argent à une autre… Bref tout ceci pour vous raconter finalement ce qui s’est passé : on a passé un bon moment.

L’exercice permet de regarder les mécanismes d’échanges, de négociations et de transactions avec les autres personnes. Chacun tente d’être moral, mais ce qui est amusant c’est qu’au final c’est l’équipe qui aura eu l’idée de jouer la montre de Laurent Morisseau qui gagnera. J’ai pas appris grand chose, mais j’ai bien aimé l’organisation et l’animation d’Emmanuel, qui a piloté avec brio sa démonstration. Il sera d’ailleurs Speaker à l’USI 2009 en juillet prochain.

ROTI:
Qualité de la présentation : 4/5
Ce que j’ai appris : 2/5

Dernier atelier : The Business Value Game
Je termine XP Day par un jeu, encore un jeu, organisé par Pascal Van Cauwenberghe, Portia Tung et Laurent Morisseau. Pascal est venu chez Zenika faire une présentation sur Lean, je m’attendais à retrouver l’esprit Lean lors de ce jeu.

L’exercice par table de 10 personnes était de jouer des itérations afin de livrer des fonctions, en utilisant la valeur métier pour diriger notre production. Cet exercice nous permet tout d’abord d’apprendre comment calculer ou estimer la valeur métier. Au début nous recevons un jeu de cartes spéciales avec par exemple « Château Fort coût: 1000 EUR complexité: 4 ». La valeur métier se calcule en divisant le coût par la complexité, ici 25 points de VM. Cela nous permet de constituer un product backlog ordonné par valeur métier. Un facteur supplémentaire s’ajoute ensuite : la satisfaction du client. A VM équivalent, certains artefacts rapportent plus de satisfaction au client Paul qu’au client Pierre. Si Pierre perd l’ensemble de sa satisfaction, nous devrons retirer alors l’ensemble de ses commandes, le client furieux s’en va et nous ne pourrons donc pas produire… Bref le jeu va constituer par séquence à sélectionner l’ordre de production, à produire et ensuite comptabiliser la quantité de choses produites.

L’exercice a été réalisé mais peut-être que nous étions trop nombreux. J’ai eu du mal à comprendre certains points, ce qui me fait penser que l’an prochain il faudra peut-être réduire le nombre de participants… Pas facile de refuser du monde. Au jeu de l’élection politique, les organisateurs ont été strict en demandant aux personnes en surnombre d’être observateur. Je pense que le même principe devra être mis en place, afin d’éviter que 10 personnes essayent de tomber d’accord… Mais en dehors de cela, laurent, pascal et portia ont très bien organisé et séquencé le jeu, exercice difficile avec beaucoup de monde.

ROTI:
Qualité de la présentation : 4/5
Ce que j’ai appris : 3/5

Synthèse et l’heure du bilan
Ces journées XP Day étaient vraiment une bonne synthèse de l’Agilité, un moyen de confronter les points de vues de chacun (XP, Lean, Scrum), de réflechir et d’échanger ensemble. Organisation top, peut-être trouver un moyen pour limiter le nombre de personnes par session ? Repas et buffet 5/5, temps consacré à discuter et échanger : 5/5. Du côté du contenu, j’aurai peut-être mieux fait de ne pas faire autant de session jeux le mardi, mais j’ai aimé ces moments qui permettent aussi de discuter avec pas mal de monde.
Je conseille XP Day l’an prochain à ceux qui aiment s’aérer le cerveau, qui sont ouvert d’esprit, qui sont prêt à venir se faire challenger et à discuter. XP Day c’est aussi beaucoup de gens du métier, de la maîtrise d’ouvrage, qui cherchent de nouvelles techniques de gestion de projet, de gestion d’équipe. J’aurai aimé échanger avec les personnes venues du Canada, qui semblent avoir une sacré avance par rapport à nous, que ce soit dans la culture ou dans la démarche. Mais nous nous réveillons petit à petit, la France est une terre à découvrir et à conquérir. Prochain rendez-vous, l’USI où nous verrons comment les coachs Agile expliquent aux Boss ce qu’est l’Agilité.
Je retiens un mot de quelqu’un de Pyxis : quand comprendrons-nous que le passage vers des méthodes Agilite demande des gens qualifiés, sera créateur de nouveaux emplois, et devra être effectué par l’accompagnement du Changement ?