Un peu au dernier moment sur une suggestion de Florent de Jaxio, je suis allé au premier BarCamp organisé entre autre par Luc Bizeul d’OCTO Technology, dans leurs locaux sur les Champs-Elysées.

Organisation excellente de l’équipe d’OCTO, environ 50 personnes étaient présentes. Parmies les têtes connues de la communauté Java : Antonio Goncalves (Paris JUG), Alexis Moussine-Pouchkine, Eric Mignot Scrum Master chez Pyxis, Jean-Laurent de Morlhon que j’avais croisé chez Reuters il y a longtemps, bref beaucoup de monde présent pour cette première.

Après un tour de salle, où chacun se présente par son nom, son entreprise et 3 tags qui l’intéressent, nous avons tous rempli des post-its afin de préparer un tableau et de répartir par salle les discussions. Difficile de choisir un sujet sur un thème précis. Les thèmes les plus demandés : TDD, Spring et JEE.

barcamp paris

Spring vs JEE ? JEE est-il mort ?
Pour ma part j’ai décidé de suivre en premier la discussion « Spring vs JEE » très intéressante, animée entre autre par Antonio. Dans une salle d’une dizaine de personne, nous avons bien entendu parlé de l’actualité de SpringSource concernant la politique de licence. Pour Julien : les discussions ont été très constructives, la majorité des personnes présentes partagent la volonté de SpringSource d’offrir un service de qualité et de ne pas devoir maintenir un nombre incalculable de version. Finalement c’était une petite tempête dans un verre d’eau.
Les discussions les plus intéressantes ont été amenées par une personne, développeur Python chevronné (désolé je n’ai pas pris ton nom) qui posait des questions autour de Spring par rapport à JEE. Antonio a apporté son expérience sur JEE 5/6 et le travail de la JSR afin d’expliquer les arbitrages lors de la sélection de ce qui doit être un standard par rapport à ce qui ne doit pas l’être. Ainsi les fonctions de clustering, de cloud-computing et de cache ne font pas parties de la spec JEE 6. Par contre, Spring a dynamisé le travail sur JEE 5, Antonio était interrogatif (si c’est le mot) sur l’annonce de Rod Johnson de supporter le profil A et le profil B pour JEE6. Le profil A : servlets/jsp. Le profil B : on ajoute EJB3.1. Comme il l’explique, Spring va apporter son support sur cette partie. Le profil C contient 32 spécifications, dont le support des EJB2.1, plus pour des raisons historiques.

Une question : pourquoi Spring est aussi dynamique ? pourquoi cela marche ?
A cela, Florent Ramière répond tout simplement : ce sont les meilleurs développeurs, qui forment une équipe soudée de qualité. De plus, une autre personne ajoute que sans le devoir de formalisme de devoir faire une spécification comme JEE, Spring est forcément plus dynamique.

Est-ce que trop de Spring tuera Spring ?
Quelqu’un parle de l’idée d’un projet en trop un jour dans le panier de Spring qui risquerait de les décrédibiliser. Est-ce que Spring avec S2AP ne joue pas la carte du solo player ? On reparle de l’idée de travailler avec un standard pour un client institutionnel par rapport à travailler avec un seul vendeur, SpringSource. Les discussions fusent car les avis sont partagés. En fait je vois que pas mal de monde méconnait l’activité de SpringSource, et tout est un peu mélangé.

Faut-il attendre JEE6 ou pas ?
Question un peu vague, qui n’a pas de réponse toute faite. Antonio explique que des avancées majeures comme WebBeans, venant de JBoss Seam, ou même JSF2.0 feront de la future spec de Java un socle solide et standard. Comme dirait Alexis de SUN : les standards, y’a que cela de vrai (il bosse pour SUN).

Globalement j’ai trouvé la discussion vraiment intéressante, chacun essayant d’apporter son point de vue sur le sujet. Je pense que Spring est devenu un standard de facto, et que comme tout excelllente plateforme, peut-être que les jaloux ont décidé de taper dessus histoire de s’occuper. Mais vue la qualité de l’équipe, je pense que tout ceci va retomber.

De mon côté j’ai expliqué à tout le monde le positionnement de SpringSource tel que julien me l’a expliqué. J’en ai profité aussi pour parler de la production afin que les développeurs n’oublient pas que ce qu’ils codent, doit être administrable. Pour cela j’ai parlé de la démo des produits de SpringSource, en défendant qu’il y a un sens à ce que ce soit des outils payants. Le public visé n’est pas le même que le framework Spring.

Enfin tout le monde a parlé d’IoC, le mot pour définir Spring, la puissance de Spring et comme dit Antonio, quelque chose que JEE n’a pas à ce niveau.

Scrum dans la vraie vie
Pour le coup j’étais content, c’est l’un de mes petits post-its :-). J’ai retrouvé entre autre Eric Mignot de Pyxis, excellent orateur, ainsi que Jean-Laurent de Morlhon. Autour de la table, une dizaine de personne, mon voisin Olivier pose des questions pointues sur Scrum, François s’interroge sur comment facturer un projet développé avec Scrum, mon voisin en face explique Scrum dans son équipe, il travaille pour une administration, etc.

Mais avant cela, Antonio qui ne connaissait pas Scrum a joué le rôle de candide. Exercice donc en premier : expliquer et définir Scrum. Pourquoi on en parle ? A quoi cela sert-il ? Pour quel public ?

Des questions tournent sur les projets traditionnels, en particulier pour les marchés publiques. Est-ce que Scrum peut s’envisager lorsqu’il faut répondre par un cahier des charges et un engagement fixe ?

J’avoue avoir pas mal parlé, passionné par Scrum. Mais indéniablement, Eric a fait passer son expérience de coach Agile, avec une gymnastique bien rodée pour expliquer et répondre aux questions phares sur Scrum.

Le buffet
Le buffet après 2 heures de discussions était le bienvenue. De mon côté j’ai discuté de la place des développeurs Java, nous avons échangé sur les différents profils de gens qui font du Java. Comme le disait l’un de nous, l’informatique offre un accès assez large et le premier venu peut commencer à « faire de l’informatique ». Ensuite pour monter la chaîne technique, le travail au quotidien n’offre pas sur un plateau de la connaissance. Nous étions d’accord pour dire qu’en Java, il faut se tenir au courant, et se remettre en question régulièrement. Je ne dis pas essayer chaque semaine un nouveau framework. Je dis simplement profiter d’un petit événement comme celui-ci pour prendre un verre et partager ses connaissances et sa passion.
La passion, le moteur qui anime les personnes qui étaient là ce soir. A un BarCamp il n’y a rien à prouver, rien à gagner. Même si j’ai vu/senti la volonté de certains de s’exposer et de parler d’eux plutôt que des sujets, finalement j’ai trouvé l’ensemble de la soirée très ouverte et sympathique.

A quand le prochain BarCamp ?

Quelques photos prises avec l’iPhone :
barcamp
barcamp
barcamp
barcamp

(OFF)
Félicitations à Julien Dubois qui je crois savoir est papa d’une petite fille.

10 réflexions sur « Compte-rendu du BarCamp Java »

  1. Désolé de ne pas avoir pu être présent pour répondre aux questions sur Spring & SpringSource – merci à toi d’avoir fait ce compte-rendu! Je suis jeune papa depuis 3 jours et je ne peux pas être partout… Quoiqu’il en soit, nous allons faire assez d’événements (les rencontres Spring en particulier), c’est bien également que les gens puissent discuter sereinement de Spring sans quelqu’un de SpringSource (encore que vous étiez noyautés par des EJB men!).

  2. Si le « développeur Python chevronné » se reconnait (ou si quelqu’un le connait), merci de me contacter pour parler de Spring Python (http://springpython.webfactional.com/ ), qui est une extension Spring officielle, et qui personnellement m’intéresse beaucoup en ce moment (c’est juste un hobby personnel, j’aimerais le faire tourner sur Google AppEngine).

    @nicolas : c’est toi qui choisit les mots pour tes captchas? Parce que là c’est marqué « spring », c’est pas possible que ce soit une coincidence?

Les commentaires sont fermés.