Itération du développeur

La vie d’un développeur est une suite d’itération, de remise en question et de patch sur sa carrière.

Itération d’abord, car je crois qu’après 20 années d’activité, j’ai fait des itérations de 2 à 3 ans, avec un gros cycle tous les 5/6 ans. Ceux qui sont les plus heureux, sont peut-être ce qui sont les plus libres me disait un directeur informatique récemment. Il faut certes se laisser guider par son instinct, mais il est important de comprendre l’éco-système dans lequel, toi, développeur, tu vis.

On construit sa carrière et son chemin au fil des rencontres. Pour ma part, je regarde derrière et je commence à accumuler les années. J’ai fait 5 ans dans le monde du Web et des startups, puis 6 ans dans la finance, dans un gros groupe, où j’ai appris à gérer des projets et des équipes. Ensuite freelance depuis 2008, avec au départ des missions de services, puis ensuite l’aventure Zaptravel, suivie de celle de Captain Dash. La dernière méritera un article à lui tout seul, mais ce n’est pas le moment.

Alors j’ai décidé à 41 ans de rejoindre une SSII 😀
Bye-bye le freelance, même si je conserverai l’activité d’organiser Devoxx France.

C’est quoi la vie après freelance ?

Tout le monde n’a pas envie d’être freelance/indépendant. Mais certains se lancent, et vivent cette aventure avec plus ou moins de succès. C’est une étape intéressante lorsque vous sortez d’une société de conseil comme Z.., X… ou O… Vous avez pris de l’assurance et vous vous sentez capable de mordre le marché à pleines dents. L’éco-système pour trouver une mission est maintenant plus mature en 2017, qu’il ne l’était en 2008. Prenez une facturation à 450/500 euros par jour, et vous avez vite fait de vous dire : pourquoi faire autrement ?

Mais combien d’articles de blog pour dire : « je suis repassé salarié pour aller bosser chez Datastruxx » ou « j’ai galéré pour trouver une mission, alors je suis redevenu salarié » ou encore « saloperie de freelance quand tu as un problème de santé/personnel/autre » ?

Et que deviennent les personnes qui vont quitter Z, X ou O ? C’est quoi la vie après 4 ans chez X si ton salaire stagne ?

J’ai vécu avec plaisir ces années. J’ai facturé de 350 à 900 euros par jour. Ma plus belle année, j’ai facturé 171 00 euros. Une autre année, c’était 85 000 euros. Au final la vie va très bien, et je ne regrette pas mes choix. Cela m’a permis d’investir dans des sociétés, et de gagner une liberté supplémentaire.

Depuis quelques années je cherche plus des projets à plusieurs, et le statut de salarié/dirigeant sera plus adapté pour ce que je souhaite faire. Je n’ai pas de regrets sur mes années d’indépendant, puis ensuite d’investisseur. Je reviendrai peut-être un jour sur ces domaines.

Freelance un jour, freelance toujours ? Qui peut savoir ?

Lunatech

Ma nouvelle aventure a débuté en avril dernier. Je rejoins Lunatech, et une équipe de 70 personnes, pour travailler sur le marché Français. Nous sommes une société hollandaise, de service, avec pour principale caractéristique de travailler sur l’évolution (et pas la révolution) des systèmes d’information.

Nous intervenons sur des projets Java ou Scala, pour des clients comme UPS, Disney, Audi ou ING. Lunatech France a été lancé il y a un an. Mon boulot, en tant que directeur opérationnel, sera de m’assurer que nous nous développons, que nous recrutons et que nos clients, comme nos développeurs, sont heureux. Or s’il existe des développeurs passionnés, sachez qu’il existe aussi des clients passionnés. Depuis 7 semaines, j’ai voyagé et échangé avec de nombreuses personnes en France. Les équipes veulent des développeurs, à même de comprendre le métier et les enjeux du développement, dans une accélération du changement de plus en plus présente.

Ce que je peux vous dire d’abord, c’est qu’il y a des projets en Scala et en Java. Il ne se passe pas une semaine sans que nous recevions des demandes d’information ou de formation. Lunatech est présent dans tous les événements de la communauté, ce qui était un point important pour moi. Nous étions sponsor platinium à Scala Days 2017 à Copenhague, et nous serons à Voxxed Luxembourg, en même temps qu’une autre équipe sera à Scala Swarm à Porto, Portugal.

Nicolas Leroux et Ray Kemp ont racheté la société il y a quelques années à l’actionnaire principal. En 2 ans, la société s’est transformée et elle compte aujourd’hui 3 bureaux. Nous sommes 23 nationalités différentes. Du junior au développeur sénior avec 20 ans d’expérience, qui continue à coder et à travailler sur des projets clients. Nicolas est l’un des contributeurs de Play Framework v1, et l’auteur aussi de Play 2, Java edition. Développeur comme moi, il continue à coder et il démontre qu’il est possible d’être le patron, tout en étant développeur. Didier Girard disait : je suis un geek et un boss, bref un goss 🙂

Le côté startup, investisseur et associé m’a un peu usé. Ce que je retiendrai, c’est qu’il faut un produit qui se vend et qui rapporte et qu’il faut des associés sur lesquels vous devez avoir confiance, avec lesquels vous partagez les mêmes valeurs. Sinon, pas besoin de se battre, cela ne marche pas.

Ce que j’espère trouver dans cette aventure, c’est la possibilité de travailler plus dans la coordination, la stratégie et le développement d’une équipe complète. Directeur opérationnel c’est le mélange de la gestion humaine, de la gestion commerciale et de la coordination des équipes. C’est aussi mettre les mains sur le clavier pour coder, ce qui est important pour moi. Ce sera aussi la possibilité d’apporter mon expertise à nos clients, de les aider à avancer et à mettre en place des solutions adaptées à leurs équipes.

Bref j’ai hâte de découvrir cette nouvelle vie, et de continuer à partager ma passion.

A bientôt !

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*
To prove you're a person (not a spam script), type the security word shown in the picture. Click on the picture to hear an audio file of the word.
Anti-spam image