copain_devoxx_2013
La deuxième édition de Devoxx France, la conférence pour les développeurs passionnés, se termine. Devoxx France 2013 c’était très exactement 1478 badges, 180 speakers, une équipe de 18 bénévoles, 9 techniciens audio-vidéo, et globalement 99% de gens satisfait !
Mais c’était surtout une keynote surprise par Antonio. Jeudi matin, 09h06, au bout de quelques minutes Antonio descend de scène et nous dit : « les gars… débrouillez-vous j’ai oublié un truc… ». Et nous voilà avec Zouheir et José à improviser devant une salle de 1000 personnes. La suite… vous la verrez sur le site Parleys.com, je vous laisse découvrir ce petit moment.

Maintenant souvenez-vous de ce que disait Patrick Chanezon l’an dernier, lors de sa pléinière. Il raconte l’histoire du film « The Artist » avec J.Dujardin. C’est l’histoire de ce comédien qui se retrouve au chômage le jour où le cinéma couleur arrive. Remettez cela en perspective avec la keynote d’Habib Guergachi du vendredi matin. Je crois qu’il nous a dit la même chose. Que voulez-vous faire lundi prochain ? Décidez de proposer le changement, quitte à être en rupture, et à être viré, mais la tête haute… ou attendre et finalement être viré plus tard ?

Nous sommes ce que nous faisons. Chacun a simplement la possibilité à son niveau de faire quelque chose. Et c’est illustré aussi par Antonio Goncalves. Lors de la keynote du jeudi, il a montré les premiers emails qu’il a reçu de la part de José Paumard, de Zouheir Cadi et de moi-même. Ces emails datent de 2007 et 2008. Et 5 ans plus tard, vous nous voyez sur scène avec lui devant 1000 personnes. A un moment donné, nous avons décidé de changer et de ne pas attendre le changement. Pour mon expérience personnelle, en janvier 2008, au moment où j’écris mon premier email à Antonio, c’est du fin fond de mon poste de « Technical Leader » chez Reuters. A cette époque, l’un des rares livres sur J2EE de qualité avait été écrit par Antonio. En cherchant son nom sur Google, je tombe sur son blog. Nous sommes le 28 janvier 2008.

Premier email envoyé à Antonio
Premier email envoyé à Antonio

Ce qui suit est amusant. Le 7 février 2008, Antonio poste un message sur son blog. Il annonce la première soirée du Paris JUG. Nous voilà à 35 personnes chez Port Parrallèle, dans un bureau qui est déjà trop petit. Au départ je suis un simple spectateur qui raconte sur son blog chacune des soirées. Puis de semaines en semaines, ParisJUG après ParisJUG, je sens que j’ai envie de changer et de tenter une nouvelle aventure.

En 2008 je travaille sur une application J2EE en tant que responsable technique chez Reuters. Nous avons développé notre propre outil pour construire des applications Webs. Un mix entre Wicket et JSF. Au moment où j’écris cet email, je suis réellement passionné par ce que je fais. Tout ne fonctionne cependant pas aussi bien, nous devons faire face à un système compliqué. En lisant les blogs en Anglais et en Français, je me rends compte qu’il faut que nous avancions plus vite. Notre système est trop compliqué. J2EE n’est pas adapté à ce que nous devons faire, à savoir des applications type client riche (RIA). Nous avions envisagé d’utiliser Flex pendant un temps… Bref…

Tout est une affaire de choix et de faire ce que vous aimez. Je ne cherche pas à dire que chacun doit changer et envoyer un email à Antonio. Ce n’est pas comme cela que les choses se font. Mais simplement à prendre un temps pour réfléchir à ce que vous avez envie de faire réellement. Tout ceci est compatible avec une vie de famille et avec le fait d’avoir des loisirs. Twitter donne le sentiment parfois que nous ne faisons « que ça ». Or nous sommes tous les 4 aussi des papas et des maris, avec d’autres activités le soir et les weekends.

Finalement, ce changement et ce passage à l’indépendance m’a offert beaucoup de libertés. Le choix de faire ce que je souhaite, tout en travaillant plus. Vous avez face à vous 2 pistes de ski. La verte, descente tranquille, vous êtes certain d’arriver sans heurts. La noir, plus difficile mais plus excitante et stressante. Le choix c’est vous qui le faites.

11 réflexions sur « Devoxx France 2013 : le premier email »

  1. Ce qui a été le plus marquant, c’est que non seulement tu as opéré ce changement, mais en plus tu l’as fait publiquement, tu en as parlé et tu as donc servi d’exemple.

    Et c’est également le rôle que jouent les JUGs, Devoxx, les blogs de développeurs.

    Je voulais te remercier pour tout ça parce que lire ce blog a joué un rôle prépondérant dans mon évolution en tant que développeur, m’a fait prendre conscience des possibilités qui existaient ailleurs et a servi de déclencheur de changement. Cerise sur le gâteau, j’ai trouvé ma nouvelle boîte grâce à l’Express Board et c’est grâce à elle que j’ai assisté à Devoxx cette année.

    Je voulais en profiter pour dire que même sans faire le grand saut qui consiste à devenir indépendant, rien que changer d’entreprise peut représenter une amélioration considérable, en gros les pistes bleues et rouges ne sont pas mal non plus.

  2. Beau billet, avec une belle image finale pour résumer le parcours d’un développeur.
    Encore bravo pôur l’organisation de Devoxx 2013, c’était top!

  3. Est-ce qu’il n’existe pas également un autre choix, sur une piste de je ne sais quelle couleur, qui consiste à faire bouger les choses de l’intérieur ?
    Rester dans le même entreprise et essayer de la faire avancer dans le sens où on pense qu’elle doit aller pour progresser.
    Cela peut apporter une vie professionnelle tout aussi positivement excitante et stressante. En tout cas, cela ne ressemble en rien à une piste verte.
    D’ailleurs, par certains côtés, la « fuite » peut être vue comme une solution de facilité 🙂

    PS : je ne voudrais pas que ce message soit pris comme une critique des indépendants. J’en connais de très bien et leur apport au métier est une réelle nécessité. Là n’est pas la question.

  4. Qui es-tu pour donner tant de leçons ? Et croire que tu es un modèle ? Voire une source d’inspiration pendant qu’on y est ?
    Passer indep et quitter Reuters wahou ? Super ta piste noire…
    Autant j’apprécie tes posts « techniques » et tes retours sur les confs., autant tes opinions sur la ‘vie’ en général, je te conseille de ne les utiliser qu’en suppositoire. Voilà ! Et encore, pour enfants…

  5. Bravo « sentenza », que de politesses ! Comme Nicolas le dit, chacun est libre… Ceci dit l’expression agressive est l’arme des faibles.

    Bref.

    Quand à moi, merci Nicolas, car tout comme Antonio t’as aidé à te lancer, tu m’as donnés aussi les bon conseils et les bon contacts en septembre 2011 par mail et je suis indép depuis septembre 2012 (oui il faut du temps pour préparer son lancement). Et oui c’est risqué ! Mais oui c’est mieux ! Grace à toi, j’ai pu prendre le courage de participer au Lab JEE6 du Devoxx France 2012, en remplaçant Alexis MP.
    A 36 ans je me sent dans la peau d’un jeune qui démarre, mais bon sang ça fais du bien !

    Merci pour le balisage de la piste 😉

  6. Mince, à se livrer comme vous le faites Nicolas, je vois que vous vous exposez à des attaques disons … « frontales ».
    Personnellement j’ai choisi la piste qui ressemble à celle d’oaz, où on alterne entre frustration et satisfaction.

    En tout cas j’attends avec impatience les prochaines articles sur la « vie en général », il me semble d’ailleurs que ce sont les plus commentés.

  7. Tout d’abord, Merci Nicolas pour TOUS les articles, pas que technique mais pour TOUS.

    @sentenza
    Je te pose tout simplement une question : Qui es-tu ?

    Si t’aime pas un article, casses toi sans griser l’ambiance des gens qui viennent apprendre/rigoler sur le touilleur-express.

  8. @marouane : griser l’ambiance ? Curieuse expression…

    Les commentaires, c’est fait pour… commenter et non pour faire la groupie. J’ai exprimé un avis.
    Il n’est pas agressif, il est direct. Comme peut l’être l’auteur de ce blog parfois et certains commentaires contre vos victimes préférées qui ne lisent pas ce blog en général et ne peuvent donc pas vous répondre.
    Flagornez, flattez vos égos, je ne pense pas que les commentaires et les blogs (ne) soient faits (que) pour ça.
    Avec un peu de chance que l’auteur du blog sera de mon avis.

  9. Il me semble qu’on peut être direct et pertinent sans avoir besoin de tomber dans l’attaque ad hominem.

    Il me semble que les critiques qu’on peut apporter au discours tenu par Nicolas ont souvent été largement évoquées dans les commentaires du post sur la « majorité silencieuse ». Ou encore ici même, quand on pointe du doigt qu’entre la piste verte (le boulot plan-plan qu’on garde par sécurité) et la piste noire (passer indépendant ou quelque chose de plus fou ?) il y a d’autres options (changer les choses dans sa propre boîte, changer de boîte, les situations possibles sont nombreuses).

    Je n’idolâtre pas Nicolas Martignole, je ne l’ai pas remercié ici pour flatter son égo ou me faire bien voir, je le fais parce que le discours qu’il tient depuis longtemps maintenant sur ce blog m’a véritablement aidé à progresser personnellement et professionnellement. Et qu’en général quand on me file un coup de main je remercie.

    Et du coup ça devrait répondre à l’interrogation « est-ce que tu penses être une source d’inspiration ? », manifestement oui.

Les commentaires sont fermés.