[Update: Devoxx France 2017, 6ème édition aura lieu du mercredi 5 au vendredi 7 avril 2017]

Voici quelques conseils pour devenir speaker à Devoxx. Quels sont les différents formats ? Qui sélectionne les sujets ? Quels sont les sujets que l’on peut présenter ? Comment structurer sa présentation ? Comme rédiger son résumé sur le site du Call For Paper ?

Les différents formats de présentation

Pour commencer, je vais vous expliquer les différents formats possibles. Ce qui suit est vrai pour Devoxx France comme pour Devoxx « tout court » (la version en Belgique est 100% en anglais). Le premier format pour le mercredi matin sera « University ». Il s’agit de présentations de 3 heures. Plutôt deux fois 1h30, avec une pause café. Dans une salle de 250 places environ, le format « University » est idéal pour découvrir une technologie ou un outil. Exemple de session « University » : Java EE 6 par la pratique, Scala pour les débutants, Kanban in Action… Il devrait y avoir 8 sessions University à Devoxx France.

Deuxième format, intéressant pour présenter un outil ou des librairies : Tools In Action. Ce format est adapté pour présenter des logiciels commerciaux, des plateformes techniques ou des librairies populaires. D’une durée de 30mn, ce format est agréable à regarder en fin de journée après avoir fait 2 sessions de 3H sur des sujets pointus.

Le jeudi et le vendredi en 2016 il y a eu 97 conférences en tout. La durée est exactement de 45mn, car il faut compter 10mn pour passer d’une salle à l’autre. C’est le format standard, comptez 45mn de présentation et un peu de temps pour les questions de la salle à la fin.

Pendant le break du déjeuner, il y aura enfin 8 à 10 « Quickie ». Il s’agit de présentation flash de 15mn maximum. Elles ne sont pas enregistrées alors que les autres formats dont je vous ai parlé sont filmés, afin de pouvoir ensuite mettre les vidéos sur le site Parleys.com.
Un Quickie c’est un exercice sympa et pas forcément facile. Mon premier conseil : cela demande de la répétition et du travail. Mais c’est fun et sympa. C’est aussi le format le plus ouvert, où vous pouvez venir nous parler de votre projet open-source perso, de votre amour pour les Nabaztag ou des ESB dans la Finance comme votre serviteur en 2008…

Pour terminer, le soir à partir de 19H00 et jusqu’à 22h il y aura les « Bird of a Feather » ou BOF. Il s’agit de réunion d’une heure, par groupe de 40 personnes, plutôt centré sur les communautés. C’est une espèce de réunion d’anciens combattants. Il y aura le BOF des Java User Groups, le BOF des JDuchess, le BOF du ParisJS, le BOF du NoSQL User Group, le BOF des fans de Spring, le BOF PlayFramework… Bref de quoi surtout discuter et s’amuser. Il n’y a pas forcément de slides, c’est plus décontracté et rencontre.

Qui sélectionne les sujets ?

[Mise à jour pour 2017]

Depuis sa création, le comité s’est ouvert à des développeurs reconnus, à des salariés et des CTO. La liste des membres du comité 2017 est la suivante :

  • Arnaud Héritier, CloudBees, en charge du CFP
  • Charles Sabourdin
  • Katia Aresti
  • Alexis Agahi
  • Antoine Sabot-Durant
  • Emmanuel Bernard
  • Cyrille Martaire
  • Brice Leporoni
  • Siegried Ehret
  • Khanh Tuong Maudoux
  • Jean-Laurent de Morlhon
  • Benoît Lafontaine
  • Vincent Beretti
  • Gabriel Kastenbaum
  • Alexis Moussine-Pouchkine
  • Brice Dutheil
  • Nicolas Martignole

Zouheir Cadi et Antonio Goncalves ne votent pas.

 

Quels sont les sujets que l’on peut présenter ?

Les thèmes généraux sont listés sur le site du CFP de Devoxx France, et changent légèrement chaque année. Le contenu reste cependant centré sur Java, même si la conférence est ouverte à l’ensemble des langages et des pratiques de développement.

Ce qui est intéressant en général : présentation par les auteurs d’un framework ou d’un langage, retour sur expérience, démonstration et live-coding, présentation sur des outils largement utilisés par les développeurs comme Spring, présentation sur les communautés, sur les concepts et les pratiques de développement. Des présentations sur l’infrastructure, la sécurité ou la production sont aussi intéressantes, et fonctionnent bien en général.

Ce qui est moins demandé : des sujets sur la modélisation ou la génération de code, des présentations sur des produits privés et commerciaux, sur des langages trop exotiques, sur des librairies utilisées par 2 personnes dans le monde… Pour comprendre ce qui intéresse l’audience, regardez sur Parleys.com sur le channel YouTube.fr de Devoxx France quelles sont les 10 présentations les plus populaires et les 10 présentations les moins bien notées. Et voyez si votre sujet est assez intéressant ou pas.

Comment structurer sa présentation ?

Premier point : ne commencez pas à réfléchir au titre. Vous allez tout d’abord réfléchir au contenu. Ne commencez pas par « ce que je vais présenter » mais plutôt « pourquoi je vais présenter ce sujet ». Quelles sont les 5 raisons qui font que vous avez envie de présenter ce sujet ? Pour Play Framework par exemple, je dirais :
– je veux présenter Play car il est simple à apprendre
– car il est différent des autres frameworks Web dans le monde Java
– car je pense qu’il peut réconcilier les développeurs Java avec le Web
– car il propose une approche complète sans serveur J2EE et sans API Servlet, et c’est étonnant
– car il répond à certains besoins mais pas non plus à tous

Ensuite vous pouvez penser à la façon de présenter. Après avoir travaillé le « Why » vous allez penser le « How ». Si vous prenez le format « Conference » de 50mn, vous pouvez présenter 4 ou 5 idées sans prendre de risque. Vous pouvez pour cela prendre le format classique et faire des slides pour vous aider et montrer des schémas ou des photos. Si vous voulez montrer que votre outil est génial, pourquoi ne pas vous en servir et nous montrer comment il marche en 30 mn ? Attention, faire une session de « live-coding » ou d’écriture d’applications demande beaucoup de répétitions ou de talents. Rien de plus catastrophique que « l’effet démo »… Certains speakers enregistrent sous forme vidéo leurs démonstrations, afin de pouvoir s’en sortir et montrer un résultat parfait. Je pense par exemple à la dernière session de Matt Raible à Devoxx qui a fait un tabac. D’autres se lancent dans l’écriture d’une application, mais ils sont très bons : je pense à James Ward qui a codé en direct.

Voilà, vous savez pourquoi vous voulez présenter votre sujet, vous savez comment vous allez faire. Et vous n’êtes pas tombé dans le piège de dire « ce que vous allez présenter » car cela coule de source.

Il ne reste plus qu’à trouver un titre court et percutant, qui permettra au conférencier de se décider au dernier moment et de venir vous voir. Evitez le titre bateau « Spring 4.2 » ou « Hibernate » qui ne sont pas informatifs. Essayez de commencer par « Pourquoi ou Comment » :
– « Pourquoi Play Framework est un jouet sérieux »,
– « Comment cohabiter avec une équipe de production ? »,
– « Découvrir HTML5 avec 5 exemples »
– « Scrum pour les nuls, surtout pour eux »,
– « Git : parce que Seb c’est bien »,
– « Scala ce qui en parlent et ce qui en font ne sont pas les mêmes »
– « Découvertes archéologique dans le code »
– « L’Art de la Rétrospective » (une vraie présentation par F.Beckmann et J.Couvreur)

Comment proposer son sujet sur le site cfp.devoxx.fr ?

Tout d’abord inscrivez-vous et présentez-vous. Et prenez le temps de compléter votre bio. En effet, ce texte sera ensuite utilisé sur le site et dans le programme de la conférence. Si vous mettez « TODO » et bien on publiera « TODO ». Présentez-vous à la 3ème personne du singulier en 4 à 5 lignes. Ce que vous faîtes en ce moment, le nom de votre entreprise, votre expérience.

Pensez à présenter à deux, surtout si vous n’avez jamais fait de présentation à Devoxx. En général, j’ai remarqué que les présentations en binôme sont meilleures. Les meilleurs speakers comme Neal Ford font une cinquantaine de présentation par an. Juste pour expliquer qu’il est normal que ce gars soit très bon. Dans ce cas sur le site cfp.devoxx.com, ajoutez l’autre speaker.

Dans la partie référence, vous devez prendre soin de préciser si vous avez déjà fait des présentations à d’autres conférences, à des JUG ou à des User Groups. Mettez aussi des liens vers votre blog, vers vos présentations par exemple. Si vous n’avez jamais rien présenté, pas de soucis. Vous pouvez le préciser. Il y a toujours une première fois.

Dans le résumé de présentation de votre sujet, pensez « programme télévision ». En 8 lignes, vous devez être capable de résumer ce que le conférencier va voir. Concentrez-vous sur le « Why ». Pourquoi une personne doit vous choisir et doit venir vous voir ? Si vous manquez d’inspiration, regardez les anciens sites de Devoxx pour trouver une idée.

Enfin pour terminer, préparez une photo de vous qui ne soit PAS une photo d’identité. Ouvrez un magazine comme Capital ou Management, vous ne verrez pas de photos d’identité. Ensuite ne prenez PAS de photo de vous à un mariage ou en vacances. Prenez un appareil photo numérique, placez-vous devant votre bureau dans votre open-space, croisez les bras, pensez à prendre un air inspiré, clic-clac c’est dans la boîte. Devoxx c’est un concert de Rock. Dans quelques années vous serez une rock-star. Et vous serez encore fier de cette photo où vous avez l’air jeune et avec plus de cheveux que maintenant.
Bref, une photo quoi.

Et ensuite ?

Le comité se retrouve toutes les 3 semaines pour pouvoir s’assurer que l’ensemble des personnes est d’accord sur le contenu. Les dates de fermeture du CFP sont sur la page d’accueil du site. Vous aurez cependant un retour dès que le comité aura assez de sujets pour construire un programme cohérent. Ensuite vous serez retenu et invité si vous faîtes une University, une Conférence ou un Tools in Action. Par contre pour les Quickies et les BOFs nous n’offriront pas de places cette année.

Si vous n’êtes pas retenu nous essayerons de vous donner plus de détails. Mais je ne vous garantie pas que vous aurez une explication détaillée de 25 lignes. S’il y a 300 propositions pour 97 places, vous comprenez qu’il est plus difficile d’être sélectionné. Cela arrive souvent, moi le premier je me fais bouler, surtout des conférences en Anglais. Voilà c’est la vie, au moins vous, vous essayez. Et ça, c’est important.

Conclusion

Devoxx France est une aventure à vivre. Si vous n’avez pas envie de présenter un sujet, pensez aux meilleurs speakers que vous avez vu lors d’une conférence ou d’une soirée de User-Groups. Et pensez à les contacter, à leur parler de Devoxx France et à les encourager à proposer un sujet.

8 réflexions sur « Comment soumettre un sujet pour Devoxx France ? »

  1. Merci Nicolas pour ces explications.

    Est ce que le fait de ne pas poster ses slides au moment de la proposition du sujet est un handicap pour voir son sujet accepté ?

    Merci

  2. Merci pour toutes ces informations fort utiles pour les néophytes de Devoxx.
    J’espère que ce billet sera bien référencé car il donne une bonne définition de ce qu’est une BOF, ce qui était pour moi un sacré mystère …

  3. @geoffroy Pour les slides, ce n’est qu’une opinion personnelle, je pense que c’est vraiment vraiment la dernière chose a laquelle tu dois penser. Je vais juste partager ma propre expérience. Je fais des conférences depuis 2009 et c’est vraiment un des aspects que j’ apprécie le plus dans mon métier.
    Essaye tout d’abord d’avoir une idée la plus concrète possible de ton idée et essayes comme au lycée de faire le classique intro – these/antithese – conclusion ;-).
    Ensuite lance toi, des que tu es seul , fais comme si tu étais devant une foule en délire, envois des phrases, enregistre toi, et au fur et a mesure tu raffines le truc. Tu en viendras même peut être a redéfinir le sujet de ton talk.
    Fais gaffe au timing, fais des ssais des essais pour voir si tu tiens 1 heure, 30 minutes, te laisses pas surprendre et prends toi au moins 10% de marge en plus …
    Si tu comptes faire du live-coding, comme l’a dit Nicolas, entraînes toi a mort, ça se passe jamais comme tu le souhaites le jour J.

    Tout ça pour dire que ça se passe surtout dans la tête, ça doit mûrir et c’est comme ça que tu produira les meilleurs slides au monde.

  4. Hello Nicolas

    J’ai soumis mon sujet sur le site du Call For Paper mais pour l’instant il y a encore un doute sur le type de Session.

    Dans ton article tu dis que les sessions « Tools in Action » durent de 30mins à 1h. Or sur le site Devoxx ils mettent « Tools in Action are 30 minute presentations demonstrating a programming tool.  »

    Du coup je ne sais pas quoi en penser. J’ai un sujet qui tient bien en 1h (démo live compris) mais si c’est max 30 mins pour un Tool in Action, je suis cuit … (ou alors je dois réduire fortement mon sujet)

    De plus je ne saisis pas trop la différence entre un « Tool in Action » et un « Quickie » si ce n’est la durée.

    Quels types de sujets précisément sont éligibles pour un « Tool in Action » ? J’ai l’impression que pour les « Quickie » on peut parler un peu de tout alors que pour le « Tool in Action », comme son nom l’indique, on doit présenter un outil novateur, je me trompe ?

Les commentaires sont fermés.