Cher lecteur,

Si tu veux savoir comment tout a commencé, ce long (et parfois trop long) article est pour toi. Si tu te demandes comment on arrive un jour à organiser une conférence, c’est pour toi. Et c’est aussi pour moi, pour raconter ces derniers mois de fou, pour m’excuser en septembre d’avoir dis non plusieurs fois à des demandes (rejoindre Google, faire partie d’une mission spatiale ou faire Secret Story…) ce qui me morfond… mais je m’égare… Je m’excuse à posteriori, vous allez comprendre comment tout s’est passé…

L’aventure de cette conférence commence fin 2010, vers le mois d’octobre. Disons plus exactement, l’envie de créer une conférence. A l’époque, hasard du boulot, Antonio Goncalves arrive dans l’équipe où je travaille depuis mai 2010. Et 2 geeks qui passent leurs pauses cafés à discuter, ça commence à phosphorer.

Pour être tout à fait précis, c’est lui qui a eu cette idée de dingue : je vais faire Devoxx France. Mais on parlera de cela plus tard. Pour l’instant, imaginez juste un gars avec des cheveux longs et un gars avec pas de cheveux longs qui parlent ensemble pendant les pauses cafés. Je fais déjà partie de l’équipe du Paris JUG depuis quelques temps, et chaque mois nous faisons une soirée qui regroupe 200 personnes. On a acquis une bonne expérience de l’organisation de ce type d’événement. Mais une conférence, c’est un autre challenge…

En octobre 2010, j’ai l’occasion de participer à la conférence Soft-Shake à Genève. Elle donne beaucoup de bonnes idées. Je sponsorise la conférence avec mon site, l’eXpress-Board. Chaque sponsor se voit remettre un dossier complet. En revenant, je commence à en parler pas mal avec Antonio, mais nous n’avons pas forcément assez d’expériences. Il a alors l’idée de travailler sur le 3ème anniversaire du Paris JUG prévu en février 2011, de faire quelque chose d’assez ambitieux afin de voir comment tout cela s’organise.

Je ne sais plus trop comment, mais mi-octobre 2010, on est dans un taxi pour aller visiter la Cité Internationale Universitaire. Après visite des lieux, on se dit que l’endroit sera parfait pour organiser en février 2011 le 3ème anniversaire du Paris JUG.

Fin 2010 on invite tous les sponsors du Paris JUG pour une soirée privée à la Cantine. L’idée de faire une conférence est évoquée avec les sponsors. En tous les cas, l’idée est en marche dans nos têtes.

En février 2011, nous arrivons à organiser une soirée anniversaire avec 500 personnes, 6 présentations, et une ambiance bien sympa. Nous avons financé le tout avec des exposants, des partenaires qui aident activement le Paris JUG (Ippon Technologies, So@t, Zenika, SFEIR, Adobe, Novedia, Objet Direct et FastConnect).

C’était une bonne expérience, un peu stressante mais qui nous a beaucoup appris. En mars nous avons encore pas mal discuté de conférences, et on commence à s’y voir. Pour l’instant on appelle cela « parisDevConférence » car l’idée de faire Devoxx n’est pas évoquée.

A midi, on déjeune parfois ensemble chez le client pour lequel nous travaillons. Un lundi matin, Antonio a un air énigmatique. Quelque part entre la deuxième et troisième cuillère dans une mousse au chocolat, il m’annonce qu’il aimerait faire une conférence. Mais pas n’importe quelle conférence, il veut faire « Devoxx France » ! Woow ça c’est énorme. Il est allé rencontrer Stephan Janssen, le père de Devoxx, et ils ont décidé de se lancer dans l’aventure. Voilà comment cela a commencé pour moi.

Côté nom, Antonio n’a pas encore trouvé le nom de « Devoxx France ». On évoque l’idée de faire un code I18N et de la baptiser « Devoxx FR_fr ». En remontant travailler, je fais un achat compulsif sur Gandi. Je dépose le nom de domaine devoxx-fr.fr… qui ne servira à rien. C’est mon côté impulsif.

Et des achats compulsifs de ce style, j’en ai fait d’autres. Par exemple des cartes de visite ou d’autres noms de domaines avec des noms de conférences improbables… Bref je ne suis pas trésorier sur ce projet, je m’occupe de la communication et du marketing. C’est peut-être mieux comme ça…

Antonio créé un Google Groups début avril, et comme il dit dans le premier mail « longue vie à Devoxx France ». Zouheir Cadi, le secrétaire du Paris JUG, nous rejoint aussi début avril. On commence à parler de salles, et à avoir aussi quelques aventures lors de nos visites.


Un jour nous allons au Carrousel du Louvre afin de visiter l’espace d’exposition. Nous voilà dans un endroit plutôt select, habillé en Geek. Alors que nous arrivons à l’entrée du salon, un gars d’1m60 débarque et nous demande si nous sommes « les voituriers » afin de nous remettre les clés de différentes voitures…

Un autre jour, avec Zouheir nous nous retrouvons en banlieue parisienne. Sur le site, les images d’illustration de l’architecte me font penser à un superbe bâtiment. En fait, dès la sortie du métro, on se dit : ça va pas le faire. Nous nous retrouvons dans une espèce d’hangar, au rez-de-chaussée… Genre un abattoir mais en mieux car il y avait la moquette. Quant au prix de cette salle, il était stratosphérique… Et des histoires comme celles-ci, pendant 3 ou 4 mois le temps de trouver une salle, nous en avons eu plusieurs…

Trouver une salle sur Paris, c’est un vrai challenge. Nous avons cherché aussi à rencontrer des cinémas. Un jour avec Antonio, nous sommes allés voir à Châtelet-les-Halles ce qu’il serait possible de faire. Et bien si vous prenez 600 places à 9 EUR par séance, oui vous pouvez avoir les salles… multiplié par le nombre de séance… bref impossible à faire à Paris.

Et là, cher lecteur, il y a une aventure.

Vous vous souvenez de mon histoire de startup Groovy/Grails fin 2009 ? Pendant 3 mois, j’allais au métro Glacière pour travailler. Chaque matin, je passais devant l’entrée du centre de conférence « le Marriott Rive Gauche ». Et chaque semaine, je voyais des congrès ou des conférences. Et à chaque fois, je pensais « ça serait top de faire une conférence ici ». Voilà comment nous avons trouvé l’endroit : car un jour, 2 potes m’ont embarqué dans une aventure de startup, qui a foiré, mais qui m’a permis de découvrir cet endroit.

Je lance un email fin mai, à Stephan, Antonio et Zouheir. Là c’est le coup de coeur. Nous nous y voyons. Superbe salle, accueil très professionnel. Alors que nous partons visiter, nous tombons par hasard sur 2 personnes de Zenexity, qui se demandent bien ce que les gars du Paris JUG préparent…

Bref, on a trouvé une salle.

Nous avons même rédigé un dossier de presse pour présenter le projet. Petit à petit, le projet prend forme. Nous nous rendons compte que ce qui nous attend est loin d’être facile. Mettre en marche ce type de conférence c’est aussi investir beaucoup de temps pour que cela fonctionne.

Nous levons un peu le pied en juillet, afin de préparer la rentrée plus calmement. En août, Antonio et Zouheir commencent à contacter les différentes sociétés que nous connaissons. Nous ferons signer une clause de confidentialité à chacun de nos prospects.

Les premiers à nous recevoir, c’est Ippon Technologies. Nos slides sont plutôt au point, et notre discours bien cadré. Grâce à eux, et à leurs encouragements, nous nous lançons vraiment dans la tournée des différentes sociétés. En 2 mois, c’est plus de 15 rendez-vous, des heures de présentations, de rencontres et de rendez-vous. Je crois que nous connaissons par coeur la carte du « Café Livre », un restaurant dans Paris qui nous a vu au moins une fois par semaine pendant 2 mois…

En parallèle de cela, nous préparons notre Business plan afin de se faire accompagner. José Paumard vient nous aider et nous permet de mettre au propre beaucoup de points importants pour que le projet réussisse. Le montage du projet est loin d’être simple et gagné d’avance.

Stephan Janssen vient à Paris début septembre afin de découvrir le Marriott. Ce sont les vidéos et photos que vous voyez au début du clip d’annonce de la conférence. Il est enthousiaste, avec une énergie qui nous donne envie de concrétiser cette aventure.

Pour terminer, la vidéo d’annonce est aussi une aventure en soi. Pour construire cette vidéo, nous avons demandé aux sociétés prêtes à suivre l’aventure, de faire quelques photos. Tout le monde a joué le jeu, dans le plus grand secret pour vous réserver la surprise. Grâce au travail d’Edouard Coupleux, un motion designer freelance, nous avons fait la vidéo qui est sur notre site.

Je vous laisse la regarder, je vous tiendrai au courant bien entendu sur ce blog de notre aventure. Cela fait plusieurs mois que je lève le pied sur l’écriture des billets, l’esprit complètement engagé dans l’aventure Devoxx France. Maintenant que tout est lancé, nous allons pouvoir vous en parler avec l’enthousiasme et l’énergie que nous avons.

Rendez-vous sur http://www.devoxx.fr/ pour vous inscrire et pour proposer un sujet à partir de la fin du mois de novembre.

[Update] Grâce à Pierre-Antoine Grégoire du yaJUG nous avons pu prendre une photo avant la Keynote d’ouverture. Stephan est avec son drapeau brésilien, on stresse en attendant que les portes s’ouvrent et que la Keynote démarre… Quel souvenir…

7 réflexions sur « L’histoire de Devoxx France 2012 »

  1. Felicitations !

    Tu devrais mettre un lien href vers le site dans la derniere phrase pour passer un peu de pagerank 😉

Les commentaires sont fermés.