Un hameçon est un crochet métallique que l’on met au bout d’une ligne pour prendre des poissons. Selon le type de poisson recherché, il convient d’adapter le format, la taille et la couleur de l’hameçon. Par exemple si vous souhaitez attraper un chasseur de tête, il faut monter un CV avec marqué « Consultant Java expérimenté« . Si vous cherchez une proie plus légère, un simple « Ingénieur Java » lancé sur Monster donne de bons résultats.

Voix de Fred : « Toi, toi tu vas avoir de gros problèmes… » Omar et Fred

Il y a quelques semaines, et cette histoire est vraie, je discute avec un ami du Paris JUG de recrutement. Il me raconte qu’il a créé un compte sur GMail afin d’étudier le fonctionnement de différents sites de recherche d’emploi. Christophe (le prénom a été changé pour préserver l’anonymat de la personne) s’est donc inscrit sur 2 sites d’offres d’emploi de notre secteur. Il a posté un CV afin de valider le fonctionnement de ces sites… Mais c’est en recevant plus de 138 emails qu’il a ensuite eu l’idée de me proposer de regarder les courriers reçus. J’ai donc eu accès à ce compte GMail, j’ai passé presque 6 heures à décortiquer chacun des emails de la boîte. Et j’ai bien rigolé.

J’avoue que la démarche est un peu limite. Mais elle a le mérite de donner un éclairage argumenté sur le marché et sur la recherche de développeurs Java. C’est donc avec beaucoup de précautions, mais aussi pas mal d’informations, qu’il faudra lire les lignes qui suivent.

Le profil utilisé pour effectuer ce test
Le profil utilisé pour son test a 7 années d’expérience. Développeur Java, il a créé un CV idéal. Je ne reproduis pas ici le CV, mais on retrouve du classique sur les technos. Là où j’ai trouvé l’idée intelligente, c’est qu’il ne cite pas de nom d’université ou d’école d’ingénieur. Bref un simple « école bac+5 en informatique » n’aura pas freiné 138 entreprises comme vous le verrez tout à l ‘heure. Quelques petites incohérences légères (projet Java avec Joomla) afin de tenter de décourager peut-être les recruteurs techniques, mais l’ensemble du CV est vraiment réaliste. Vous le lisez, et vous comprenez que notre candidat veut un poste de chef de projet technique, afin de gérer des développeurs. Et le gag, notre candidat a 31 ans (il doit être chauve je pense). Pas de PHP, pas d’Unix, une bonne expérience en WAS, bref un candidat « bancable« .

Résultat avec Monster.fr
L’offre a été activée d’abord sur un seul site, Monster.fr. Rien que le premier jour, c’est pas moins de 36 emails reçus. Ensuite 9 emails le deuxième jour, 11 le troisième jour, 8 le 4ème jour et 11 le 5ème jour. Dans les jours qui suivent, quelques messages de relance de la part de différents recruteurs, mais finalement plus rien au bout de 10 jours à peine. Monster a permis de recevoir 97 emails au total en 23 jours. Christophe a testé ensuite un autre site (CadreEmploii) et les résultats sont similaires. Monster offre des systèmes d’alerte qui sollicitent les recruteurs lorsqu’un candidat dépose son CV, selon certains mots clés.

Au final, le CV a été affiché 238 fois avant que Christophe ne le désactive.

Devine d’où je t’appelle…
Phénomène plus ennuyant, 48 emails ne précisent pas le nom du site où votre CV a été vu. Un peu compliqué pour distinguer si le recruteur vient de « Monster » ou « Cadres Emploi ». Les recruteurs utilisent souvent un email type avec une phrase d’accroche de ce style:
– « après avoir lu avec attention votre CV sur un site d’emploi… »
– « fortement intéressé par votre CV mis en ligne sur un site de recrutement »
– « … j’ai étudié votre CV… »
– « Votre CV étant actif sur le Net, je me permets de vous contacter. »
– « Ayant vu votre CV sur un Jobboard »
– « J’ai lu avec intérêt votre expérience dans votre CV »

Certains sont sympas
Il y a des emails qui donnent vraiment envie de contacter le recruteur. Le style simple et direct. On a clairement l’impression que la personne a lu au moins les 2 premières pages du CV. Le plus court se contente d’un « Bonjour, votre CV nous intéresse, pouvez-vous nous contacter ?« .

La majorité des courriers d’introduction renvoient les candidats vers un site Internet. Plus ennuyant pour vous, recruteurs, c’est lorsque le lien ne marche pas, ou qu’il a été censuré.
54 emails sur 178 contiennent un lien vers un site Internet. J’ai trouvé 3 emails où l’URL ne fonctionnait pas ou n’était plus à jour.

Ceux qui ont une page Facebook
Il y a aussi les recruteurs qui veulent vous montrer qu’ils sont « branchés » avec une page Facebook. Pas de bol pour certains, la passerelle SMTP de leur entreprise censure les liens vers Facebook. Cela donne quelque chose comme cela :

Notre site : http://www.MACHINTRUCgroup.com
Notre blog technologique : <span title= »blocked::http://www.MACHINTRUCgroup.com/Solutions/Blog-Technologique blocked::http://www.MACHINTRUCgroup.com/ blocked::http://www.facebook.com/pages/Boulogne-Billancourt-France/MACHINTRUC-Group/

Grosse SSII, résultat très moyen
Il y a clairement un problème sur la façon d’aborder un candidat pour certaines grosses sociétés de service. Il y a tout d’abord celles qui semblent vous dire que vous avez de la chance d’être retenu… J’ai bien aimé le ton de celle-ci, qui vous laisse penser qu’elle a passé du temps à sélectionner votre CV. Notez aussi l’utilisation subtile des majuscules, le saupoudrage de mots techniques et la conclusion…

Bonjour,
NOM_DE_LA_GROSSE_SSII a sélectionné votre CV pour rejoindre son centre de compétences Innovation & Distribution dans le secteur de la Finance
* Innovation couvre les nouvelles technologies comme JSF, Silverligth, Moteur de recherche, Moteur de règles, …
* Distribution couvre le Front et le Middle Office dans les banques et Assurances, comme par exemple le CRM, les Outils d’aide à la vente, des moteurs de tarification d’offres, … sur plusieurs canaux (Agences, Internet, Mobile, …)

Ensuite une phrase qui ne cherche qu’à caser un entretien qui aura forcément lieu… On appréciera de se faire « qualifier » sa recherche :

… Je souhaiterais avoir une conversation téléphonique avec vous pour qualifier au mieux votre recherche et évaluer son adéquation avec nos besoins afin de vous proposer un rendez vous dans nos locaux à La Défense

J’ai laissé un message
On ne peut pas en vouloir aux recruteurs… mais certains sont des champions. Il y a eu quelques emails comme celui-ci :

Je me permets de vous contacter suite aux différents messages vocaux que je vous ai laissé en janvier dernier.

Le souci c’est qu’il n’y a pas de numéro de téléphone sur le C.V.

Faites mon boulot
19 emails n’hésitent pas à vous envoyer une offre de mission ou un appel d’offre écourté. Et à chaque fois, le recruteur vous demande si « …vous pensez que vous pouvez convenir…« . Là c’est du grand n’importe quoi. Franchement, si je dois décider moi-même et bien autant se passer d’un commercial. Tu veux pas non plus que je négocie mon T.J.M ?

Voici ce qui a été envoyé par une entreprise. Tout colle, à part que le CV du candidat précise qu’il a 7 ans d’expériences, que l’on dit MAVEN et pas Maeven et que la phrase « vous êtes motivé pour vous investir au sein du groupe XXX » m’a donné une crampe aux zygomatiques.

De formation Bac+4/Bac+5, vous justifiez d’une expérience significative de 2 – 5 ans dans les technologies Java/J2EE.

Expertise nécessaire :
* Java/J2EE, Struts 1.2.8, 1.4.x, Hibernate 3.1.x, Eclipse, SQL (Oracle), Websphere, SVN, Maeven
Doté d’un bon relationnel, vous êtes rigoureux et méthodique, capable de prendre des initiatives. Vous êtes motivé pour vous investir au sein du Groupe XXXX

Il y a une autre société qui est très intéressés par votre profil, mais qui vous demandera par contre de bien vouloir remplir le « Modèle Dossier Technique » joint à l’email. J’ai regardé le document Word envoyé en pièce jointe… c’était en effet un modèle de document à remplir bien long. Le problème était que le commercial a adressé une version complétée de ce modèle avec les coordonnées d’un candidat. Cela laisse rêveur…

Ceux qui précisent qu’ils ne sont PAS une SSII
Je n’ai compté que 9 emails provenant de la part de clients finaux ou d’éditeur. Dans ce cas précis, j’ai noté le pattern « JE NE SUIS PAS UNE SSII » plusieurs fois. Cela va du texte affiché en gras dès la première ligne, à la mention explicite : nous ne sommes pas une SSII !!!.

Je décerne la Touillette d’or aux quelques personnes qui ne sont pas des SSII, mais des cabinets de recrutement appartenant à de grands groupes. En bref : je ne suis pas une SSII, je recrute POUR d’autres SSII (notez la nuance). Si c’est pas malin…

Prenez le cabinet Aberdyn, dont le site est très bien fait. Il appartient au groupe Altimate, dont quelques entités sont des sociétés de service. Sans connaître l’activité de ce groupe, comment distinguer l’activité de recrutement et l’activité de recherche de ressources ?

Les leaders
Alors là j’ai été déçu… Je m’attendais à beaucoup de phrase du type « Altros Mini, Leader en France sur le secteur Finance de Marché » et il n’y a eu que quelques leaders dans le lot des emails reçus. 8 emails contiennent le mot « leader » au moins une fois… Imaginez la chance de ce candidat, il a eu 8 leaders divers sur sa boite email…

Notre candidat a donc eu la chance d’être contacté par :
– « …Leader en France […] Groupe de Conseil spécialisé en Finance de Marchés, nous nous positionnons en tant qu’Architecte des marchés financiers »
– « …leader de l’e-commerce en France en pleine croissance »
– « …leader sur le marché de l’information banque et assurance à destination des entreprises »
– « Rejoignez la DSI d’un grand acteur, leader sur son domaine.. » (celle-là elle m’a bien fait rire)
– « leader sur le marché de la communication digitale… »
– « Rejoignez cet éditeur de logiciel leader sur son secteur, présent mondialement et en vogue, qui propose des solutions de gestion à la pointe des technologies »
– « …leader français du jeu social »
– « leader mondial dans les systèmes d’étiquetage électronique »

De beaux emails avec des couleurs
Microsoft Outlook laisse la liberté à certains recruteurs d’utiliser de belles polices et de belles couleurs. Il y a quelques emails plutôt bien fait. Et il y a aussi les emails qui piquent les yeux. Tout d’abord ceux qui utilisent la police Comic Sans. Cela donne un aspect assez enfantin. Il y a aussi ceux qui font des effets de style type ASCII Art avec des caractères, sauf que c’est particulièrement moche lorsque la police n’est pas proportionnelle… Ceux qui collent un gros logo en GIF 256 couleurs, que personne n’utilise plus depuis 10 ans…

Cela a surtout un effet très désagréable lorsque vous êtes candidat, informaticien et que vous connaissez un peu le HTML.

Ceux qui vous envoient toutes leurs offres chaque jour
Il y a 2 sociétés qui ne se privent pas pour vous inscrire d’office au système de largage quotidien des dernières offres du moment. Pendant quelques jours, une société dont le nom commence par urban a ainsi bombardé d’offres PHP/Linux/Java notre pauvre candidat. Top du top, l’email de la gentille commerciale qui vous envoie 7 offres, fraichement cueilli le matin même. A vous ensuite de choisir l’offre qui vous plaît. Si tu ne viens pas à Monster, Monster vient à toi… C’est du grand n’importe quoi.

Appelez-moi sinon je tire une balle dans la tête de la main
Vu que Christophe n’a jamais répondu à aucunes demandes reçues sur cette boîte mail fantôme, certains recruteurs ont relancé poliment notre faux candidat. La majorité des recruteurs effectue un suivi, certains vous relancent un peu plus directement afin de vous demander au moins de répondre non :
– « Je vous remercie à l’avance de votre réponse (même négative !!!). »
– « sans réponse de votre part, avez-vous vu mes messages ? »
– « Je vous avais envoyé un mail de premier contact le XX/XX/2011… N’ayant toujours pas de nouvelles, je me permets de vous relancer »
La moindre des politesses est en effet de répondre aux recruteurs.

Les chasseurs de prime
Certains recruteurs n’hésitent pas à vous encourager à dénoncer vos collègues ou vos anciens potes de promotion. Saviez-vous que vous pouviez vous faire 500 EUR NET en cooptant un bon camarade ? Elle est pas belle la vie ?

Vous avez dans votre entourage des compétences susceptibles de correspondre ? Profitez d’une prime de 500 € NET.

Un autre vous demande aussi de faire un peu leur boulot :

[…] Connaitriez-vous également dans vos relations des personnes qui pourraient être intéressées ? Nous recherchons actuellement 4 Ingénieurs.

Ceux qui ne sont pas sûr d’eux
Il y a souvent des fautes ou des effets de style maladroits lorsque les recruteurs jouent avec le conditionnel. Imaginez que quelqu’un vous contacte et qu’il rédige sa demande de mise en contact comme suit :

En effet, vos compétences pourraient correspondre aux attentes de nos divers clients (Banque, Finance, Assurance…)

Restons prudent oui… et bien je ne vais pas postuler chez vous.

Ceux qui bossent même le week-end
La pression sur certains recrutements doit être assez importante. L’un des emails contient ce texte :

Nous avons un poste ouvert chez un client en développement et analyse java. Si cela peut vous intéresser, merci de prendre contact avec moi très rapidement (même ce weekend).

Les emails intéressants
Évidemment l’exercice est facile. Laisser un CV sur un site d’offres d’emploi, attendre ensuite quelques semaines, puis regarder ce qui s’est passé, ne retenir que le mauvais… Mais pour avoir pris le temps de lire chacun des emails, honnêtement la qualité n’est pas là. La quantité est impressionnante. J’ai repris les emails et finalement je n’ai gardé que 9 emails (sur 138 reçus, en retirant les relances).
Voici donc les emails où j’aurai répondu si j’avais été le candidat en question, avec une petite explication à la clé.

Et tant qu’à faire, je pense qu’il est intéressant de citer le nom de ces entreprises.

1. FullSIX contacte le candidat et présente quelques projets intéressants sans entrer dans les détails. Cela donne envie d’échanger.
(email un poil long pour être recopié ici)

2. NetQuad a envoyé un email tout simple, factuel et direct, sans en faire des tonnes. Il manque des précisions sur le type de profil recherché, mais pourquoi pas ?

Bonjour Monsieur,

Je suis chargée de recrutement pour la société NetQuad, SSII spécialisée sur JAVA et Microsoft .NET/SharePoint.
J’ai trouvé votre CV sur le site de Monster et je souhaiterais vous rencontrer afin de vous présenter notre société, ses opportunités et échanger sur votre projet professionnel.

Quelles sont vos disponibilités ?

Si vous n’êtes plus disponible, n’hésitez pas à me l’indiquer.

Je vous remercie par avance de votre retour et vous souhaite une bonne journée.
Cordialement.

3. Aneo se distingue en prenant le contre-pied de tous les emails du même type. Rafraichissant lorsque vous dépilez plus d’une centaine d’email.

Notre cabinet possède un modèle vraiment différenciant que je vous expliquerai.
Nous avons également d’autres typologies de missions si vous souhaitez changer de spectre.
Afin d’échanger à ce sujet je vous invite à me faire parvenir votre cv par retour de mail en m’indiquant plusieurs créneaux afin que je puisse vous recontacter.
Merci par avance de votre retour.
Bien cordialement,

4. Syllepse RH est un cabinet de chasse. Excellent point : l’offre proposée colle parfaitement au profil du candidat. On voit clairement que la personne en charge du recrutement sait de quoi elle parle.

5. Margo Conseil répond avec une offre qui cadre au profil du candidat. Extrait de l’email :

Si j’ai bien compris, vous êtes à la recherche d’un poste de chef de projet, ingénieur développement en Java/JEE. Vous trouverez ci-dessous le descriptif d’une offre de référent technique, ingénieur études et développement senior au sein d’une grande banque d’investissement, pouvant correspondre à votre profil et à votre recherche :

6. Arolla gagne la palme de l’email le mieux construit. Sur le style tout d’abord. Très « express-boardien » en expliquant précisément les valeurs de l’entreprise. Assez original, l’entreprise finance votre carte transport à 100%, plante des arbres et sera transparente sur votre facturation. Plan de formation avec certification à la clé, présentation des différents types de mission. Par ailleurs l’email au format HTML est très bien construit, avec un logo fun. Bref ce sera mon coup de cœur sur la centaine d’email reçu.

7. StepInfo a proposé une offre en rapport avec le CV, email clair et efficace.

8. Le Groupe ELCIMAI, plus particulièrement le travail de la chargée de recrutement. Email bien pensé où la personne a vraiment pris le temps de comprendre le parcours (malheureusement fictif) du candidat.

9. In Fine Consulting avec un style simple et direct, donne envie de répondre au chargé de recrutement.

Conclusion
J’ai ensuite 35 emails « pas mal » et 94 emails marqués « nuls ». Le pire étant les demandes n’ayant aucuns rapports avec votre profil.

Pour terminer, quelques conseils pour les candidats :
– créer une boite email séparée sur GMail pour effectuer votre recherche
– préparer une réponse type pour gagner du temps
– faire un tri et utiliser les libellés sur GMail pour classer rapidement le flux des emails
– ne pas prendre la peine d’écrire un CV de 6 pages sur Monster, qui ne sera pas lu. Les sociétés vous redemandent systématiquement d’envoyer votre CV au format Word (et pas PDF, que l’on ne peut pas modifier facilement)
– à mon avis, il ne faut pas laisser son numéro de téléphone. Imaginez recevoir 35 appels le premier jour…

Pour terminer, si vous cherchez du bas de gamme, le site testé par Christophe ne vaut pas mieux finalement qu’un gros supermarché du consultant. A peine 9 emails intéressants. Je n’ai reconnu qu’une petite dizaine d’entreprise de la communauté Java. Une partie des entreprises qui vous contactent via ce type de site ne valent pas grand chose à mon avis. Dans le lot, il y a majoritairement des gens qui font au mieux, avec les moyens dont ils disposent. Le marché est tendu, les développeurs Java sont difficiles à trouver. Il y a aussi une minorité d’emails complètement à côté de la plaque, rédigé par des gens qui ne redorent pas le blason et l’image du métier d’informaticien.

Bref un bel hameçon qui nous a donné de belles leçons.

Bon et sinon, si vous cherchez vraiment du boulot, il y a l’eXpress-Board (nous c’est le goût)

24 réflexions sur « Un gros hameçon »

  1. Excellent ! Il y a vraiment du boulot pour nous z’aut SSII …
    Note bien qu’actuellement, et ça s’est retourné en quelques mois à peine, le « marché » du développeur java est sacrément à la hausse.
    Il parait aussi que les jeunes ne veulent plus faire informatique …

    Il faudrait lancer une enquête pour savoir ce que recherche l’informaticien
    Entre le graal d’être top développeur chez google ou crosoft (éditeur, métier très particulier, surement fantasmé)
    L’entreprise utilisatrice, avec tout plein de très bons cotés mais aussi le risque de passer sa vie entre des réunions, de la politique et de l’excel d’ici quelques années
    Ou la SSII lambda qui ne semble avoir d’autre intérêt que de donner une mission plus ou moins inintéressante et en correspondance avec les technos qu’on veut pratiquer

    C’est vrai que ça ne donne pas très envie !
    C’est dommage, on est pourtant plein de « vieux » informaticiens à aimer notre métier (bordel) !

  2. Tres bon test ! 🙂
    A généraliser sur différents sites pour connaitre les meilleurs (pas aussi bon que l’eXpress-Board bien sur !, mais s’en approchant 😉

  3. Salut Nico,
    article intéressant, et je souhaite apporter quelques informations, vu que j’ai moi pas mal étudié ce beau monde des SSII (et pour avoir changé de société 10 fois :).

    1. La plupart embauche sur mission, ce qui veut dire qu’il va exister entre 5 et 20 offres (à la louche) pour le même boulot. Je l’ai vécu, puisque j’ai répondu et passer des entretiens dans 2 boites différentes… pour le méme taff.

    2. Beaucoup de SSII se font un vivier de CV, pour piocher dedans le jour ou un client demande un profil.

    3. Les stagiaires ou jeunes RH doivent aussi se former… en faisant des interviews bidons.

    4. La plupart ne lisent pas les demandes, notamment le salaire demandé, la localisation précise et les missions souhaitées.

    5. Certains recruteurs ont des outils pour automatiser les démarches (et les sites offrent des facilités pour du mass-mailing sur des critères précis).

    6. Les recruteurs ne comprennent rien à l’info, ils cherchent par mot clé. Donc si vous avez les 3/4 mots clés qu’ils recherchent, bingo.

    Tout ça pour dire que je ne crois pas à 90% des contacts que vous avez :). Ceci dit, je ne connais pas l’état du marché actuel (notamment pour des développeurs Java) donc je peux me gourrer dans les grandes largeurs.

  4. > Il parait aussi que les jeunes ne veulent plus faire informatique

    As tu des chiffres la dessus ? Cela m’intéresse.

    > Il faudrait lancer une enquête pour savoir ce que recherche l’informaticien

    Ne pas travailler pour une SSII. Ca fait 30 ans que le plan est de faire ses armes en société de service puis de passer chez un client. Sauf que la vanne s’est fermé violemment ces dernières années (pire, les grosses sociétés font des filiales type SSII pour parquer les informaticiens). Il est plus facile d’être indep de nos jours, mais tu bosses pour les mêmes clients, avec les mêmes contraintes.

    > éditeur, métier très particulier, surement fantasmé

    Peut être mais quel pied de développer des solutions sans personne pour te dire comment faire, t’imposer une techno utiliser, etc. Le client possède une exigence fonctionnelle, point (bon, par contre, le gros problème en France, c’est que nous avons pas du tout la mentalité éditeur, mais ceci est un autre débat qui n’a rien a voir avec l’article).

    > L’entreprise utilisatrice, avec tout plein de très bons cotés mais aussi le
    > risque de passer sa vie entre des réunions, de la politique et de l’excel
    > d’ici quelques années

    Parce que tu crois que le consultant ssii ne passe pas son temps en réunion ? Tu en fait tout autant, de réunion et de politique mais ce n’est pas même ta boite ! Tu es en « représentation » en permanence, le client pouvant se plaindre à ton commercial à tout moment (bon j’ai fait quelques environnements assez «sensibles» on va dire).

    Bref, j’ai fait 9 SSII et 1 éditeurs. Je prie pour ne plus jamais retourner en SSII !

  5. J’avais fait le même constat il y a un an lors de ma recherche d’emploi. Profil « Développeur Java EE junior », Paris, une centaine de contacts mail et téléphone (+1 pour ne pas donner le numéro, trop intrusif). L’échange téléphonique qui m’avait le plus fait rigoler est le suivant :
    – Bonjour [blahblah], vous êtes donc expert C++?
    – Non, pas du tout, je développe en Java.
    – C’est pas grave, ça va quand même?

    Au delà de l’éternel débat SSII/éditeur/client final, la morale de l’histoire, c’est quand même qu’il vaut mieux s’investir dans les communautés technologiques, développer son réseau. Cela permet de rechercher la société/projet/équipe qui convient et de cibler plutôt que de s’afficher dans les catalogues Monster-SSII collection Printemps-été 2011 et d’attendre d’être trouvé…

  6. Bonjour,

    Permettez-moi, de réagir, en tant que chargée de recrutement, à cet article.

    Tout d’abord, ce type de test est assez intéressant et constructif. Il s’agit pour nous d’en tirer des leçons.

    Ce qui m’ennuie, c’est que bien souvent, vous aimeriez être contacté par une personne issue de la technique, et qui maitrise parfaitement vos métiers. Mais la réalité est autre, d’autant plus, je me vois mal demander à nos collaborateurs de faire le sourcing Monster pour moi. (Je pense que vous ne me contredirez pas sur ce point).

    Le premier contact vous l’aurez nécessairement via un « recruteur » qui a fait des études de gestion le plus souvent. Est-ce si grave ? C’est par la suite que les collaborateurs techniques interviennent.

    Pour ce qui est de personnaliser tous les mails, c’est important, et je vous rejoins sur ce point. Et nous faisons de notre mieux pour vous proposer des emplois qui correspondent à votre profil.

    Les premiers contacts sont importants, et notre rôle est de bien cerner vos aspirations, seulement cela est difficile sur CV. C’est lors de l’entretien que tout se précise. Laissez nous donc tenter notre chance, pour convenir avec vous d’un entretien.

    A bientôt,

    S. Chargée de recrutement en province.

  7. En ce moment, ça chauffe chez les recruteurs ! Je reçois environ un email tous les deux jours, des appels, des gens qui appellent ma boite, se font passer pour quelq’un d’autre pour avoir mon numéro, des gens qui me font le coup du « comme convenu, on se voit tel jour pour un entretien d’embauche » et peut être 1/10 seulement qui propose un truc dans mon domaine et ma localité.

    Oui, il y a BEAUCOUP de travail à faire pour les recruteurs.

  8. Bonjour « S. » (vous avez honte de vous présenter ?)

    Vous dites « Ce qui m’ennuie, c’est que bien souvent, vous aimeriez être contacté par une personne issue de la technique, et qui maitrise parfaitement vos métiers », et je vous répondrai « oui ! ». C’est exactement ce que je fais. En tant que DT et responsable technique[1] et malgré un emploi du temps chargé, c’est moi qui m’occupe des recrutements, car je suis le plus apte à juger les profils, comprendre leurs motivations et donner un aperçu correct du travail à faire. Et sûrement pas une personne qui n’a pas la moindre idée du taff à fournir (surtout pour le développement qui demande une psychologie particulière).

    Vous dites aussi « Mais la réalité est autre »

    « C’est comme ça alors on changera pas ». C’est bien le problème : pourquoi le 1er contact que nous avons dans une organisation est une personne totalement incompétente ? Ex : j’appelle un médecin pour un problème, je tombe sur une secrétaire incapable de juger de l’importance de mon soucis. Idem pour un garagiste. J’ai lu un livre assez perturbant au 1er abord (un livre sur le Lean), qui expliquait comment changer des organisations. Un exemple était un garage voiture Portugais, qui avait placé un mécano expérimenté au téléphone : les chiffres étaient spectaculaires. Moins de temps perdu, meilleur calendrier des réparations, chutes des retours en atelier suite à une 1ere réparation. Au final, le garage est bien meilleur et les clients super contents. Par le simple fait d’avoir mis une personne compétente dés le départ qui pouvait juger de l’importance de la panne, et préparer l’atelier correctement en avance (commande de pièces, estimation du temps nécessaire et du prix pour éviter les surprises, etc). Incongru au départ, cela devient tellement évident au quotidien. Personnellement je passe mon temps à discuter avec des gens qui ne comprennent rien (par ex. avoir un commercial en frontal alors que c’est un fournisseur de matériel informatique. Pourquoi bon sang je n’ai pas un techos en face ?). J’ai failli rater des examens à l’hôpital 15/20 parce que la secrétaire ne voyait pas d’intérêt à le faire ! Il a fallu que la responsable passe (par hasard) pour valider la pertinence de ma demande.

    Bref, pour m’intéresser profondément à l’efficacité organisationnelle[2], je trouve les pratiques « de la réalité » comme vous dites, d’une inefficacité affligeante. Le temps passé, l’argent dépensé est tout simplement hallucinant. Il vous suffit de regarder les journées des gens : combien d’actions menées à termes qui permettent d’avancer réellement vers les *objectifs* de l’organisation ? Les gens font des choses « parce que c’est comme ça », « parce que c’est ce qu’on m’a demandé » ou « parce que les autres font pareil ».

    Pour revenir au sujet initial, je ne passe plus par des cabinets de recrutement, car je suis 1500% meilleur (au bas mot) pour trouver un bon profil (j’ai embauché 30% des gens que j’ai vu, que des supers profils dont je suis fier).

    > « d’autant plus, je me vois mal demander à nos collaborateurs de faire le
    > sourcing Monster pour moi »

    Et pourtant c’était la bonne réponse… De la à dire que les RH ne servent à rien, je le pense fortement (Combien ça coute à l’entreprise au final ? Pour quel résultat ?). On embauche pas au hasard.

    PS : désolé pour le mail inconsistant, j’ai voulu faire court et rapide (raté pour les 2).

    [1] comment je me l’a pète
    [2] ca veut pas dire que je suis compétent, juste que j’essaye d’aiguiser ma vue

  9. Je réponds à S.

    Merci d’avoir pris le temps de poster un message. Pas de soucis pour l’anonymat, chacun a le droit de s’exprimer librement. Je ne pense pas que les candidats souhaitent systématiquement être contactés par des personnes techniques. La majorité des emails reçus proposent de rencontrer des consultants ou d’autres salariés, ou de présenter l’entreprise en détail lors d’un entretien. De ce point de vue donc, je crois que les recruteurs connaissent très bien le marché et les demandes des candidats.
    Je suis plus modéré que Sébastien, qui expose aussi un point de vue intéressant (et radical pour le coup). Le sourcing et la recherche de talents demande des compétences, c’est un métier à part entière. Aucuns doutes pour moi sur ce point là.
    Là où par contre il y a encore des progrès à faire ensemble, c’est sur la bonne qualification afin que le candidat comme le recruteur se rencontrent… Moi cela me donne plutôt l’envie de proposer d’autres outils aux chargés de recrutement. L’envoi d’email ne semble pas très adapté pour découvrir des personnes, voire contre-productif.

    Bref la pression est du côté des recruteurs.

  10. Pour pister les origines des contacts et trier efficacement les mails reçus, GMail a des atouts sympa:
    – dans votre nom de compte [email protected], l’emplacement du (ou des points) n’a pas d’importance, de même que la casse. [email protected] = [email protected] = [email protected]
    – à la suite de votre nom de compte vous pouvez ajouter +nimportequoi ex: [email protected]

    Avec cette souplesse vous pouvez facilement créer des adresses distinctes à fournir sur les différents sites qui vous permettront ensuite de tracer l’origine du mail de contact et appliquer des labels en fonction de vos préférences.

  11. Bonjour Sébastien,

    Etant donnée la nuance apportée à votre réponse, je m’en tiendrai au S.

    Je vous trouve un peu rude dans vos propos. Que les « techniques » gèrent le recrutement dans une petite structure, ça s’entend, dans une structure plus importante, ça commence à se compliquer.

    Si mon poste est à temps complet, cela s’explique certainement.

    Bon recrutement,

    S.

  12. Dans la catégorie mail très personnalisée, j’ai eu droit à ceci :
    « Cher Monsieur Ellène Dijoux, »
    ou encore
    « Bonjour Monsieur Ellène Dijoux, »
    ou tout simplement
    « Monsieur, »
    Quand la phrase d’après est votre « CV a retenu toute notre attention », j’ai quelques doutes.

    C’est sûr que dans 70 à 80% des cas ils tombent plutôt juste …

    Très intéressant ton article Nicolas 🙂

  13. C’est une expérience intéressante qui, à mon avis, met bien en évidence l’arnaque de la fonction RH en SSII et assimilés.
    Dans les sociétés dont le coeur de métier est le recrutement (Manpower, Adecco, etc.), il y a aussi une fonction RH mais elle n’est là que pour les vrais salariés de l’entreprise. Parmi eux, on trouve des responsables de recrutement, qui n’ont rien à voir avec les RH et qui sont là pour mettre en relation des candidats et des clients.

    Le problème des SSII c’est le mélange des genres entre les RH et des activités de recrutement qui ne sont qu’une forme d’interim. Cela conduit aux emails à répétitions envoyés au moindre candidat qui se présente mais faire l’amalgame entre cette activité commerciale de recrutement et la fonction RH d’une entreprise serait une erreur.

    En tant que recruteur potentiel* j’apprécie la présence des RHs pour faire un premier tri des CVs qui seraient complètement à côté de la plaque et pour donner un avis qui sera issu d’une autre vision que la mienne.
    D’ailleurs, mon choix de recrutement est principalement basé sur les besoins de mon équipe et un (bon) RH aura surement une vision à plus long terme à l’échelle de l’entreprise.

    *pas dans une SSII 🙂

  14. Étude très intéressante et tellement vraie ! Je le vois tous les jours avec des mails reçus via mon profil sur viadeo ou LinkedIn.
    Je suis totalement d’accord avec ton dernier conseil : ne PAS mettre son numéro de telephone. Il y a environ 3 ans, pour estimer un peu le marché, j’avais mis mon CV sur lesjeudis.com, avec mon portable. Résultat : en 3 jours près de 60 personnes m’ont contacté dont la moitié par telephone.

    Un dernier point : l’expression qui m’enerve beaucoup c’est « la société à taille humaine », meme si la société fait plusieurs centaines de personnes ! Nicolas, sur tous les épaula reçus, combien de fois as-tu lu cette phrase ?

  15. Merci pour cet article 🙂

    J’ai fait l’expérience en 2007 de mettre sur Monster un CV anonyme, sans téléphone, ni adresse mail (comme quoi on peut aussi appliquer le principe d’Hollywood sur Monster), avec juste la dernière expérience et le dernier diplôme, et pour titre quelque chose comme « ingénieur Java ». J’ai reçu en quelques mois une cinquantaine de mail avec une qualité moindre. J’y ai vu à quelque chose près les mails que ceux décris dans le post. Ca n’a pas trop changer de côté là. J’ai même eu droit à la SSII qui se marche sur les pieds : deux commerciaux qui se concurrencent. Ceci dit, en entretien, c’est pas mal non plus :

    * « le turnover c’est bien »,
    * le commercial qui arrache un fil à sa cravate avec les dents,
    * « vous êtes nul mais on va pouvoir faire de vous un bon consultant »,
    * « êtes-vous modeste ou orgueilleux ? »,
    * le recruteur qui dit ne pas avoir de grille de salaire et qui la sort dès que vous annoncé un prix,
    * etc.

    De ma propre expérience, je me rappelle qu’en 2000 c’était plutôt les startups qui s’arrachait les profils sur les jobboards. Depuis la bulle internet a éclaté et ce sont les SSII qui ont pris leur place…

  16. Débat passionnant et de qualité tout de même !

    Je répond surtout à Sébastien :

    Sur l’information vis à vis des jeunes qui ne veulent plus trop être informaticiens, je tiens ça d’un échange avec plusieurs personnes dont un prof de fac qui me disait que les tailles des promos avaient baissé … je n’ai pas de chiffres, c’est de l’anecdote de comptoir

    Dans mon immeuble il y a un éditeur … franchement, le job de leurs informaticiens ne me donne pas envie … 50% du staff d’informaticiens sont d’ailleurs des « prestas » de SSII … le DT/CP/Chef a l’air imbuvable, ils sont parqués en openspace par paquets de 20 et je ne crois pas qu’ils ont le choix des technos ou qu’ils discutent avec le « client ».
    J’ai un ami de fac qui a vécu ça pendant 4 ans, il y a quelques années … lui dit comme Sebastien avec les SSII : « tout sauf un éditeur »
    Comme quoi, ce n’est sans doute pas le type de boite qui fait que c’est bien ou non

    Le monde des SSII est très caricatural … Sebastien décrit ce qu’on appelle le modèle Altran (ils en sont fiers en plus) !
    Tout informaticien qui a évolué un peu en SSII sera d’accord avec ça : ces boites n’ont aucun autre intérêt que de vous faire embaucher chez un client …
    mais il n’y a pas qu’elles tout de même ! (oui, ok, elles représentent une part importante du secteur)

    Sur l’histoire du recrutement sur mission, moi j’observe aussi un truc depuis quelques années : l’ingénieur qui veut venir sur mission … c’est le serpent qui se mord la queue ça !
    Je ne recruterais d’ailleurs pas ce type … il est devenu le pendant ingénieur caricatural de la ssii caricaturale : il voit sa boite comme un self service jetable dont le seul intérêt est de fournir la mission qui correspond aux envies et contraintes de sa petite personne !

    Vous noterez que ce sont les clients des ssii, les entreprises utilisatrices qui ont créé (et maintiennent) ce vaste marché de délégation de RH … les ssii-altran-like ne font qu’y répondre (elles en sont la conséquence et non la cause) … au détriment de toutes celles qui essayent de faire autre chose
    J’aimerais bien que le (jeune) informaticien qui lit ça s’en souvienne le jour où il sera peut être passé décideur chez une entreprise utilisatrice prestigieuse …

    Enfin, ce serait bien de ne pas uniquement se focaliser sur l’ingénieur informaticien ! Dans toutes les boites, il y a également des tas d’autres métiers … Ces gens ont aussi des envies, ils préfèrent aussi sans doute que leur travail soit intéressant, ils ont aussi des tas de moments où ça n’est pas le cas …
    une bonne boite, elle l’est pour tout le monde !

    Au fait, en tant qu’informaticien, vous aimez qu’on comprenne votre travail … et ça commence avec le recrutement, sujet de l’article … mais vous, est-ce que vous prenez un peu de temps pour comprendre le travail des gens qui vous entourent (le rh, le comptable, l’assistante, le commercial, le type du marketing (ok personne ne peut comprendre ça), le type qui nettoie tous les jours votre (cage) bureau (si si, c’est pas magique, il y a un type qui fait ça) …
    une petite pique à Sébastien (mais n’y voit aucune méchanceté) : dans ta super boite, qui recrute tous ces gens ? un informaticien ?
    même si ce n’est pas le cas, tu vois bien le risque de ton modèle, non ?

    @nicolas : bravo pour l’article en tout cas !

  17. Salut Nicolas

    C’est un commentaire qui n’a pas/peu de rapport avec ton article mais je voulais juste ajouter un petit commentaire sur une des sociétés que tu cites

    Je voulait juste ajouter un petit commentaire sur Fullsix, ayant travaillé pour eux en tant que prestataire.

    Objectivement ils ont un bon environnement technique avec de bon architectes mais niveau humain c’est autre chose.

    Ils vous font vraiment sentir que vous n’êtes qu’un presta. En discutant avec eux, on sent que le presta de toute façon il ne fait pas parti de la boite donc par défaut il est pas motivé ….

    Ce qui me gêne surtout, c’est que les prestataires ne sont jamais invité aux réunions technique, seules les archis et les développeurs permanent y sont conviés bien sur. Le prestataires n’est même pas au courant des changements et le découvre on the fly

    De plus lorsqu’une nouvelle personne arrive on vous présente comme « voila X il est prestataire », « Y il est développeur » Y étant bien sur un permanent.

    Voila ça fait plaisir de travailler pour un client comme ça.

  18. Eh bien au contraire de l’auteur, je pense qu’il faut laisser son numéro de téléphone. Lorsque je reçois un mail, il m’est parfois difficile de savoir si c’est un mail type issu d’un formulaire de mailing ou si la personne a vraiment lu mon CV et concocté un mail sur mesure. Sur une messagerie, je n’ai que des messages de recruteurs qui ont fait l’effort de m’appeler, et je sens beaucoup mieux s’ils sont spontanés ou s’ils récitent un texte.

    Et pour ne pas être harcelé, j’ai tout simplement écrit sur mon CV : « SSII et autres entreprises de sujétion : s’abstenir » ainsi que « secteur trading/finance : s’abstenir fortement ».

  19. Bonjour,

    Je comprend l’anonymat de S. qui peut ne pas vouloir risquer d’engager sa société.

    Je travaille dans une SSII et interviens entre autre pour la qualification technique des candidats, Je peux vous dire que je suis content de travailler avec une personne RH qui reçoit les candidats avant moi.
    J’adore discuter technique avec les candidats, on tombe parfois sur des gens passionnés et compétents.
    Parfois on tombe aussi sur des CV qui sont des accumulations de mots clés et où le candidat répond « je viens de télécharger le livre… » (c’est du vécu).
    Il est donc nécessaire de qualifier techniquement les candidats.

    Par contre je me vois difficilement faire du sourcing (pas le genre de chose qui m’excite) et je suis donc content de collaborer avec une RH qui qualifie les personnalités et me permet donc d’éviter les sociopathes et autres asociaux avec qui je suis sûr de ne jamais vouloir travailler et pour qui ce n’est pas apparent dans le CV.

    Effectivement certains recruteurs sont limites dans leur approche, mais je pense qu’il ne faut pas faire d’amalgame trop rapide, comme le conclu Nicolas, il y a quand même des « pas mal » voir des « bien » ou « très bien » et ils ont aussi leur rôle à jouer.

  20. @Coquinou

    J’en rajoute une couche sur la différenciation prestataires/permanents, parce que je suis quand même atterré de la banalité avec laquelle les gens considèrent qu’il faudrait les considérer comme égaux.

    Quand X est prestataire, X ne peut pas être développeur. Si X était développeur, il aurait été embauché comme développeur et non sollicité comme prestataire. Le prêt exclusif de main d’oeuvre est quasiment systématiquement constitutif du délit de marchandage et puni de 150 000 euros d’amende. Le client final ne devrait même pas avoir accès au CV du prestataire. La majorité des SSII s’assoient sur ces règles et s’enrichissent sur le dos de la sécurité sociale et des caisses de retraite (ben oui, ce qu’ils économisent en charges sociales c’est ça de moins pour les travailleurs).

    Alors oui, désolé, mais je suis pour que les prestataires qui ne seraient là que parce que le client final n’a pas voulu recruter soient traités comme des sous-employés, qu’on leur fasse comprendre qu’ils ne sont pas à leur place, et qu’on ait soit de vrais employés avec tous les droits, soit des consultants ou prestataires ponctuels, et qu’on abolisse ces marchands de viande, symboles d’un esclavage moderne qui ne font rien d’autre qu’entretenir la précarité.

  21. Bonjour,

    J’aimerais partager avec vous une annonce pour le moins atypique rédigée l’an dernier avec l’aide de l’un de nos experts technique. Cette annonce est particulière et j’aimerais connaitre votre ressenti. Pensez vous qu’elle est trop originale ? pas assez « sérieuse » ? ou au contraire, auriez vous eu envie d’en savoir plus sur les postes proposés par la société ?

    Notre société souhaite étoffer ses équipes en région centre, en intégrant de nouveaux collaborateurs, développeurs / développeuses JavaEE confirmés et passionnés !

    Cette annonce s’adresse particulièrement à vous qui :

    – Ne pensez pas que l’Agilité est une méthode pour passer de branche en branche
    – Savez qu’Hibernate ne s’approche ni de près ni de loin du repos des ours
    – Ne croyez pas que le Wicket est un figurant dans Star Wars
    – Savez que le Flex est un langage, et savez l’utiliser
    – Souhaitez travailler durablement dans notre région !

    Profil :

    Formé et passionné par l’informatique, vous vous reconnaissez pleinement dans cette annonce, aimez développer et partager vos idées et connaissances autour de conférences techniques (type Java User Group), alors rejoignez nos équipes !

    S.

  22. Bonjour S.

    J’ai déjà vu il y a 2 ans le même type d’offre, publié par Xebia, où l’on dit au candidat : « Si vous savez qu’Ajax n’est pas une équipe de Foot, si vous savez que Java n’est pas qu’une île… ». Zenika est même allé jusqu’à publier il y a un an une offre décalée dans 01 Informatique, et qui a très bien marché. A l’époque c’était pour faire de la publicité pour leurs formations.

    Donc si déjà vous tentez : moi je dis bravo.
    Je pense qu’il faut se rapprocher du modèle américain lors de la rédaction des annonces : impliquer un expert technique, ne pas hésiter à prendre un style simple et surtout essayer de préciser le profil recherché. Le type d’offre classique est ennuyante à mourir, et se démode très rapidement. Ecrire une annonce comme les annonces légales dans le journal, c’est super « has-been ».

    Si vous voulez lire un autre article sur ce sujet, prenez un petit café et allez lire ce billet :
    http://www.touilleur-express.fr/2011/02/02/annonce/

    Nicolas.

Les commentaires sont fermés.