Si vous voulez passer indépendant, fuyez le statut de l’auto-entrepreneur. Attention je m’adresse aux informaticiens, à ceux qui lisent le Touilleur Express. Je ne parle pas à Jacqueline qui veut vendre ses colliers de nouille sur Internet. Je parle au petit gars qui fait du Java, et qui peut facturer 350-450 EUR H.T à Paris sur des missions de développement Java.

Premier problème : ce statut ne s’applique qu’à hauteur de 32600 EUR de chiffre d’affaire en 2011. Or, et c’est tout le mal que je vous souhaite, si vous facturez par exemple 200 jours à 350 EUR, vous basculez immédiatement dans le régime fiscale des B.N.C à déclarer sur votre déclaration de revenu.

Prenons le problème à l’envers. En 2011 vous décidez de vous lancer auto-entrepreneur. Vous facturez 218 jours. Bravo c’est super. 32600 / 218 = 149 EUR H.T par jour. Même un gars qui code les mains dans le dos depuis 2 jours en Java sera facturé 250 ou 300 EUR par sa SSII…

Notez que je parle de chiffre d’affaire, pas de revenu. Retirons donc les charges, les cotisations sociales (23%), votre impôt sur le revenu et l’impossibilité de déduire ses frais. Ajoutez une mutuelle si votre conjoint ne peut pas vous couvrir, bref le soufflet redescend très vite. Le site auto-entrepreneur.fr n’est même pas à jour, attention à ce que vous lisez sur Internet.

Le statut fiscale d’auto-entrepreneur est à distinguer du statut juridique. Légalement vous serez en Entreprise Individuelle. Si vous veniez à mettre le feu chez votre client, ou à causer un gros pépin, ou plus simplement à être attaqué sur votre travail, vous seriez engagé sur vos biens personnels. Or je ne sais pas pour vous, mais moi je n’ai pas trop envie de payer un serveur SUN en revendant ma maison pour réparer un problème. En adoptant par exemple une structuration en EURL, votre responsabilité de gérant ne pourra être engagé qu’en cas de faute grave et avérée.

La mauvaise nouvelle du statut d’Auto-Entrepreneur est arrivé récemment dans les boîtes aux lettres des vendeurs de collier de nouilles. La Cotisation Foncière des Entreprises est le nouvel impôt qui taxe les entreprises, même si vous n’avez pas gagné un radis cette année. Vous pouvez ainsi vous retrouver à régler entre 200 et 2000 euros, de quoi vous mettre à mal si vous n’avez pas prévu de quoi payer cette somme.

Ce qui me désole, c’est le niveau de bêtise de certains jeunes commerciaux de (pseudo-)SSII. J’entends encore cette voix charmante, qui me dit : « vous savez, si vous passez en AutoEntrepreneur vous allez vous faire 4000 EUR par mois« . Chance pour elle qu’elle n’était pas à côté de moi, je lui aurai fait bouffer son appel d’offre. Etre incompétent à ce point, ça mérite une médaille. Après les Gérard du cinéma, on devrait créer les Touillettes pour remercier les plus belles sociétés de service de notre bel industrie…

Lorsque vous passerez indépendant, travaillez votre projet plusieurs mois. Prenez contact avec un expert-comptable, renseignez vous et trouvez une mission avant de vous lancer la fleur au fusil.

Mais évitez le statut d’auto-entrepreneur.

Références
Le site auto-entrepreneur.fr n’est pas à jour, il n’explique pas correctement la CFE
La page du gouvernement : http://www.gouvernement.fr/gouvernement/le-statut-de-l-auto-entrepreneur

19 réflexions sur « Ne prenez pas le statut auto-entrepreneur »

  1. Très bon article, effectivement à éviter pour le quotidien.
    Tu peux ajouter également que les 32600 c’est au prorata temporis (à mois que ca ait changer http://www.cci.fr/web/auto-entrepreneur/calcul-du-prorata-du-seuil-de-ca) donc gros danger.

    « Lorsque vous passerez indépendant, travaillez votre projet plusieurs mois. « , je ne suis pas d’accord, bien se faire conseiller (apce + expert comptable) suffit à mon avis. A trop attendre, on ne se lance jamais.

    « trouvez une mission avant de vous lancer la fleur au fusil.  » Je pense qu’il y a peu de mission qui se décident trois mois avant cela me semble difficilement réalisable et réalisé par les indépendants qui se lancent autour de moi.

  2. Ecrit comme ceci, c’est simple à comprendre. Merci. Et pour un revenu d’appoint, est-ce que cela vaudrait le coup (comme Jacqueline, mais pour un développeur-consultant-archi-canif) ? quelques interventions par ci par là (un site web, une app android …) tout en gardant son job. Où existe t il des statuts plus intéressants ?
    Joyeuses fêtes.
    Philippe

  3. Dans l’ensemble, ceci n’est pas valable que pour le secteur de l’informatique (java c’est quoi ? xD).
    Mais pour toute personne pour qui l’activité d’entrepreneur n’est pas une activité secondaire.

    A partir du moment ou il s’agit de l’activité principale, le statut ne convient plus. Et c’est normal, il n’est pas prévu pour ces cas là.

  4. Je suis assez surpris par cet article qui explique qu’un statut ne convient à aucun cas de figure. Pourquoi ne pas simplement raisonner comme dans le cas des choix techniques: il n’existe pas d’outil universel, ni d’outil qui ne convienne jamais. Pour les statuts des indépendants, c’est pareil: tout dépend des objectifs que l’on a il me semble. Je vais devenir travailleur indépendant dans quelques mois, et il y a de fortes chances que je le fasse comme auto-entrepreneur. Pourquoi ?
    – Le problème du plafond de 32600 euros de CA ne me pose pas de problème: j’ai d’autres sources de revenus, je n’ai pas besoin de grosses rentrées d’argent. Si j’atteins les 30000 euros, je serais plus que satisfait.
    – La CFE: à partir du moment ou j’ai l’intention (tout de même) de faire un certain chiffre, je ne vois pas le problème dans la mesure ou cet impôt n’est pas spécifique aux auto-entrepreneurs.
    – La responsabilité individuelle :moi je n’ai pas trop envie de payer un serveur SUN en revendant ma maison pour réparer un problème. Evidemment il faut prendre certaines précautions, comme de faire une déclaration d’insaisissabilité de ses biens personnels chez un notaire. Encore que ce genre de cas de figure doit être, dans un métier de prestation de services, rarissime.
    En résume, le statut d’auto-entrepreneur n’est à mon avis ni la panacée, ni le mal absolu. Il s’agit juste d’un statut qui peut être adapté à certaines situations et pas à d’autres….
    Et je trouve dommage, voire consternant, que ceux qui choisissent ce statut soient assimilés ici à des vendeurs de colliers de nouilles. Parce que je suis un vrai professionnel, auto-entrepreneur ou pas.

  5. Tu confirmes là mon avis, et je rejoins Damien, ce statut n’est pas adapté pour qui veut en faire son activité principale. Il est fait pour (se) tester, sonder, préparer une transition.

    Mais je me renseigne depuis peu, parce que, bien que je n’ai aucune envie de quitter ma société, j’aimerais bien sur mon temps personnel pouvoir bénéficier d’un cadre légal pour réaliser le site de Jacqueline qui vend des colliers de nouilles. Un petit projet, du WordPress, du HTML et du CSS, 3 jours tout au plus, pas de quoi engendrer des dollars, mais suffisamment pour me tester et apprendre.

    Dans ce cas, le statut semble convenir non?

  6. C’est vrai, mais en même temps c’est un peu enfoncer des portes ouvertes…

    On se doute qu’un dev à 350-400€/jour est quand même capable de se documenter un peu (Google est son ami) et surtout de multiplier…

    De là à résumer le statut à des confectionneuses de colliers de nouilles, c’est carrément méprisant, mais ça, c’est courant chez les dev…

    NB : sauf erreur de ma part, le coup de la CFE a d’une part été annulé, et d’autre part ne concernait que ceux qui ne prenaient pas (ou ne pouvaient pas prendre) l’option libératoire pour l’IR.

  7. Bonjour, en BNC, le taux charges sociales +impot sur le revenu est de 20,5% et non 23 % pour leBIC
    Par ailleurs juste rappeler que ce statut a ete elabore pour ceux qui souhaitent developper une activite accessoires ou pour tester son projet!
    cordialement

  8. L’autre souci majeur est qu’avec ce status on ne dispose pas de numéro de tva intra-communautaire, donc pour acheter du matos ou bien une palette de paquets de nouille chez un fournisseur par exemple et bien ce n’est pas toujours possible, le numéro de SIREN/SIRET n’est pas toujours suffisant.
    Pour les taux de cotisation, ce n’est pas très clair: j’ai reçu un courrier de l’URSSAF pour m’informer que j’ai un crédit de 96 euros suite à une erreur du taux de cotisations de 20.5% et non 23%.

    Pour conclure, c’est bien pour arrondir les fins de mois en faisant quelques sites web, dépannage, assistance, etc mais pas plus…
    J’ai envoyé ma demande de cessation d’activité ce jour.

  9. @Jocelyn : 30 000 EUR de chiffre d’affaire ce n’est pas 30 000 EUR de revenu net. Je pense que ce statut est adapté si tu souhaites faire une activité en plus de ton ton activité classique, mais qu’il ne correspond pas à l’idée de l’indépendant en informatique.

  10. @Baztoune : oui dans ce cas il peut convenir, les frais de création et de cessation d’activité étant casi nul.

  11. Il y a des imprécisions toutes à fait critiques dans cet article :
    – la CFE ne concernait en réalité que les AE qui n’avaient PAS opté pour le prélévement libératoire. Soit 70.000 AE sur 500.000.
    – la CFE a bel et bien été annulée, dans le cas d’un AE qui n’aurait pas opté pour le prélévement libératoire et réalisé aucun CA.

    Notons que les AE qui n’optaient PAS pour le prélévement libératoire sont :
    – soit des abrutis,
    – soit ne satisfaisant pas à la condition de ressources, autrement dit, les gens qui ont largement assez de sous pour payer normalement leur CFE.

    Netking17 l’a déjà mentionné, mais il faudrait peut être corriger l’article là.

  12. @fh : merci pour tes précisions. Complètement d’accord. Et j’en remets une couche.

    En effet le prélèvement libératoire à la source, lorsque tu as opté pour celui-ci, évite la CFE. Pour en bénéficier, il faut que ton revenu fiscal de référence de l’année N-2 soit inférieur ou égal, pour une part de quotient familial, à la limite de la troisième tranche du barème de l’impôt sur le revenu de l’année précédant celle au titre de laquelle l’option est exercée (art. 151-0 du Code général des impôts).

    Par exemple, pour bénéficier du versement forfaitaire libératoire en 2009, le revenu fiscal de référence de l’année 2007 (correspondant à l’impôt déclaré et payé en 2008) doit être inférieur à 25 195 € par part de quotient familial. Soit 50 390 € pour un couple (2 parts), 62 987 € pour un couple avec un enfant (2,5 parts), 75 585 € pour un couple avec deux enfants (3 parts)

  13. Je rajouterai également qu’il n’y a pas non plus 0 papiers.
    Si c’est allégé par rapport aux autres types d’entreprises, il y a quand même un peu de paperasse.

    Si c’est un passage peu obligé pour un entrepreneur, ce qui est en revanche pénible, c’est que c’est quand même un statut un peu « bâtard » rajouté à la gestion existante des entreprises.
    Par exemple, il faut faire une déclaration foncière (N° 1447) même si vous n’avez pas fait de CA. Les papiers sont les mêmes que pour toutes les autres établissements et donc un peu indigeste pour ceux qui ne s’y attendent pas. De plus, il n’y a même pas moyen de déclarer en ligne.

    Bref, quitte à avoir à gérer ces tracas administratifs, autant le faire dans le cadre d’une « vrai » entreprise. Et si vous déléguez à un comptable, vous pourrez au moins déduire des charges contrairement à l’auto-entreprise.

  14. @Nicolas: merci, je sais faire la différence entre CA et revenu net 🙂 Mais d’accord avec toi pour dire qu’effectivement soit tu as d’autres revenus, soit tu adoptes un style de vie différent (ce qui est mon cas depuis bien longtemps)
    @vince: je suis quasi-certain que tu peux très bien avoir un numéro de TVA intracommunautaire avec ce statut, simplement il faut en faire la demande (et payer qque chose), alors qu’avec d’autres statuts c’est la règle.

  15. @jocelyn
    J’ai pas vérifié mais j’aurai tendance à penser que non puisque pour les auto-entrepreneurs, la TVA ne s’applique pas.
    Et c’est dur de se faire comprendre. Certains pensent que si ce n’est pas TTC, c’est forcément HT ou vice versa.
    Et bien non, tu fixe un prix et il n’y a pas de TVA applicable (c’est d’ailleurs à préciser sur devis et facture).
    Cela peut poser des problèmes à certains clients parce que eux ne peuvent pas du coup déclarer de TVA. C’est donc un peu comme s’ils te payent HT (de leur point de vue).
    Ce qui me confirme dans l’idée que ce statut est « bâtard » (même s’il peut convenir pour un complément de salaire)

Les commentaires sont fermés.