L’équipe de l’USI 2009 a mis en ligne les vidéos de la conférence USI 2009. Encore une fois : bravo les gars, c’est impressionnant. Nous sommes le 22 juillet et toutes les vidéos des grandes conférences sont en ligne. La qualité, le montage, la musique, très gros boulot de Brainsonic qui a réalisé l’ensemble du travail pour l’USI 2009.

J’ai donc repris mon carnet de note, mon sac à dos, et je suis allé m’asseoir au fond de la salle de la présentation de Guillaume Duquesnay d’OCTO Technology. Et bien c’était vraiment intéressant. Si les mots procrastination et « Projet qui n’a jamais démarré » vous disent quelque chose, cette session est pour vous.

La vidéo de la présentation de Guillaume est en ligne, ainsi que les autres vidéos comme la session de Neal Ford, une des meilleures présentations de l’USI 2009.

Le Plouf
Guillaume se propose de nous présenter un animal dangereux : le Plouf.

Le Plouf c’est cette force invisible et mystérieuse qui vous empêche de passer à l’Action lorsque vous avez pris une décision. Pensez à un petit travail de bricolage chez vous, à une étude que vous avez décidé de faire mais qui n’est pas commencé, à un blog que vous voulez mettre en ligne mais pour lequel il n’y a toujours rien…

Le Plouf est silencieux, sournois. Le plan de la présentation sera le suivant : identifiez le plouf, mettre en place une tactique, une stratégie et passer à l’action pour le combattre. Guillaume commence par nous parler de ce projet que nous avons tous connu : vous avez vu ce projet qui disparaît un jour ? et qui n’en finissait pas de mourir depuis 1 an ? C’est le Plouf.

Où vit le plouf ? partout autour de nous. C’est la patate chaude, quand on ne sait pas vraiment si dans un mois il faut mettre en ligne ou pas le service, quand on a pas vraiment encore un plan d’action, c’est le Plouf. Le Plouf vit donc dans l’ombre, dans le non-dit.

Il chasse quand ?
Plutôt lorsqu’une décision a été prise, mais que le passe à l’action ne se fait pas. C’est son territoire favori. On observe que dès que l’action débute, le Plouf est vaincu. Pour peu que quelqu’un commence à faire une première action, et le Plouf recule. En résumé, il chasse à l’aube des projets.

Guillaume parle d’un projet où il est passé. 80 personnes en cadrage de projet depuis un an… et toujours pas d’actions. Le plouf attaque aussi les troupeaux…

Alors est-ce que c’est pas une chose salutaire que les choses ne se fassent pas ? Quelles sont les conséquences ?

Il explique qu’il a été chef de projet sur un projet qui pendant 2 ans attendait un go ou même un no-go. Difficile à vivre, on reste dans l’attente, on se démotive, et il a terminé ce projet en démissionnant. Il aurait aimé une action : le projet est annulé. Merci, au revoir… Mais là le Plouf s’est amusé. Guillaume s’est épuisé à essayer de faire des actions.
Le Plouf est donc une espèce endémique, et ses effets sont très dangereux pour les équipes qui se démotivent. Il faut donc l’attaquer dès que possible.

La tactique pour le vaincre
L’action est l’ennemi du Plouf. Voyons les stratégies pour le vaincre. Guillaume dit : « il y a l’angoisse de la page blanche, pas l’angoisse de la page 4 ». Une fois lancé, vous savez que vous allez vaincre le Plouf. (C’est la Procastination).

La tactique proposée par Guillaume est la suivante : déclarer la première action, le petit a) de votre projet. Prenez quelque chose de très concret. Et tenez-vous y. Cette chose doit être facile à faire. Ce peut être un email que vous envoyez, une personne que vous allez rencontrer, un achat pour commencer vos travaux. Mais pensez à quelque chose de simple. Getting Things Done.

Visualisez dans votre tête cette action, imaginez que vous allez réussir. Elle doit être possible et réalisable. Pensez que vous avez tout ce qu’il faut pour la réaliser, et lancez-vous.

Le 2ème point : l’énergie.
Vous vous souvenez de cette superbe réunion avec l’autre équipe ? et de la bonne ambiance ? et puis à la fin au lieu de commencer, vous vous dîtes : bon on va manger. Et puis plus rien.
Il propose de débuter une première action dès la fin de la réunion, lorsque l’énergie est là et que les gens que vous avez eu du mal à réunir sont là. Ne les laissez pas partir, lancez Eclipse/IDEA IntelliJ et regardez ensemble ce que vous pouvez faire.

Le plouf n’aime pas l’action. Si on commence à agir on a gagné. Pour cela il faut donc décider et faire.

Sur une réunion de 2h, passez 1h30 pour décider et 30mn pour commencer. Hop c’est parti, le Plouf n’aura pas le temps de s’installer. Utilisez le même espace temps pour décider et puis pour faire.

Guillaume passe ensuite à un sujet qui m’intéresse : le marketing. C’est l’action qui consiste à faire réagir le consommateur afin qu’il s’intéresse à votre produit.
Pour vaincre le plouf, lorsque vous demandez quelque chose par email par exemple, faites une demande clé en main. Pensez à mettre un objet Doodle pour que vos destinataires puissent voter directement, pensez à mettre un sujet explicite pour votre email, à donner toutes les informations et à être très précis dans les engagements. Observez les emails de Marketing que vous recevez : ils sont clairs. Peut-on en dire autant de votre dernier email au support ?

Guillaume revient sur une présentation qu’il a fait l’an passé avec Benoît Lafontaine : la méthode PRACMA. Cette méthode enseignée à Harvard et à l’INSEAD est une méthode très compliquée avec une certification bien plus chère que la certification Scrum. C’est dire…

Non en fait PRACMA c’est « PRoject Review At The Coffee Machine » copyright Guillaume Duquesnay et Benoit Lafontaine. Leur mission était de faire de l’architecture transverse, d’aller voir 31 équipes. Pour cela, au lieu de faire de la réunionnite aigue, ils ont eu l’idée « marketing » de proposer un café pour discuter avec chacune des équipes. Ils ont donc rempli leur mission, tout en séduisant les clients. Très astucieux !

Guillaume nous demande aussi de nous intéresser à nos sponsors. Qui est intéressé par votre projet ? Avez-vous un marché pour votre projet ? Des clients potentiels ? Si le projet ne démarre pas… y-a-t-il une demande réelle ? Est-ce qu’il y a un sponsor qui pousse pour que le projet démarre ou pas ? Allez chercher des sponsors, faites-vous connaître, et vous verrez que votre projet va se relancer tout seul. Ou pas.

Il nous conseille aussi, sur la base des valeurs Agiles, de mettre à profit les vrais contacts avec les personnes plutôt que de se mettre un préservatif appelé Lotus Notes pour communiquer avec vos sponsors, vos clients et vos chefs.

Et si le Plouf est là
Imaginons qu’après avoir lu mon charabia, et avoir vu la vidéo de Guillaume, vous vous rendez compte tout d’un coup que votre projet est entrain de se faire manger par le Plouf… Que faut-il faire ?
Braquez la lumière sur le plouf. Votre projet est entrain de mourir ? Criez haut et fort que vous abandonnez le projet, et vous battrez le Plouf.

Cependant il y a des endroits où l’on ne dit pas non, où le politiquement correct, le diplomatique fait que le Plouf peut s’installer plus durablement. Et bien battez-vous. Guillaume dit « Faites passez votre message, risquez l’explicite plutôt que le non dit, mettez en lumière ». Bref agissez.

Et si je suis tout seul ?
Le Plouf appliqué à soit-même, c’est aussi possible. Parlez-vous et pensez à la première petite action concrète pour lancer votre projet. Pensez « décider et faire » et faites-vous une offre clé en main. Par exemple, préparez cet email que vous devez envoyer, afin que dès demain vous puissiez passer à l’action.
Essayez de vous motiver en pensant au résultat. Plutôt que de marquer « Payer ses impôts » dans votre agenda, vous pouvez marquer « Paye tes impôts si tu ne veux pas payer 10% de plus ». Marketez-vous vos objectifs.

La Strategie
Le Plouf aime l’espace. Si votre équipe est divisée en 2 open-spaces : pas bon. Faites le test suivant : dîtes à l’équipe « on part prendre un café ». S’il faut plus de 5 mn pour que l’équipe se mobilise, il y a de l’espace pour le Plouf. Les gens doivent se rencontrer pour avancer, pour faciliter la communication. Votre camp de base doit donc favoriser la communication, votre équipe ne doit pas être trop grosse. En 2 minutes vous devez être déjà à la machine à café. Excellente idée de Guillaume.

Vous décidez d’attaquer le plouf ? faites le plus au plus vite. Une date est decidée pour votre release ? ne la mettez pas à une autre date. Il vaut mieux echouer dans la lumiere que de continuer dans l’ombre. Tenez vous à vos engagements. Ne laissez rien de « pas sûr » ou pas décidé. Moi-même dès demain avec Karim je vais parler de cette mise en production d’une nouvelle partie, et on va s’y tenir.

Pour repérer ce qui va faire « Plouf », pensez que celui-ci est sournois, silencieux et invisible. Vous pensez que vos prochaines actions ne sont pas très claires ? Vous êtes dans l’habitat du Plouf ! Sortez vite et bougez vous !
Si vous sentez qu’il n’y a pas de réactions à vos emails, si vous sentez qu’il ne se passe rien, vous êtes entrain de vous faire manger par du Plouf.

En tant que consultant, Guillaume propose aussi de laissez le plouf s’installer pour que les gens s’en rendent compte… Vous devez alors l’éclairer et dire ce qui s’est pas bien passé. Cela a foiré. Dites-le !!! Profitez de l’exemple d’un ratage pour agir et donc vaincre cette force invisible.

Guillaume a alors une excellente phrase d’un philosophe célèbre :

« Si ça peut saigner, ça peut mourir » Arnold schwarzenegger in Predator

Pourquoi le plouf s’installe ?
Nous sommes d’excellents Geeks, de très bons Boss. Pourtant dans tout ce qui vient d’être expliqué, nous avons tous un projet qui a fait Plouf. Alors pourquoi ? Guillaume explique alors que nous ne sommes pas armés pour faire du marketing et de la communication. Et là je suis vraiment d’accord. La culture française dans les Ecoles d’Ingénieur nous apprend que parce que ce que nous faisons est génial, nous serons reconnus et notre projet sera récompensé. C’est faux.
J’ai travaillé dans une équipe américaine pendant 2 ans 1/2 chez Reuters. Et c’est là que j’ai appris à faire des présentations Powerpoint, des diagrammes Visio, des présentations percutantes. Car dans la culture américaine, le Show-Off et le marketing sont aussi importants que le contenu. Je vous rassure : si votre produit est une bouse, même avec de beaux slides vous ne le venderez pas. Je parle bien de l’importance de marketer votre projet, de communiquer efficacement pour vaincre le Plouf.

Alors soignez la communication visuelle, orale et pensez marketing. Votre génie on s’en fiche, il n’y a que vous qui êtes excité par Scala. Par contre vendez-moi votre projet.

Le mot de la fin de Guillaume :
Nommez, convoquez et vous le battrez

Guillaume merci pour cette présentation. J’aurai aimé la vivre en vrai, mais avec la présentation de Google Wave en face, difficile. Mais encore une fois, merci.

Une pensée sur « USI 2009 : Vaincre la Force du Plouf par Guillaume Duquesnay »

Les commentaires sont fermés.