Cette session est présentée par Pierre Pezziardi, Directeur Technique, Président, OCTO, Octopus Micro Finance ainsi que par Laurent Avignon, Directeur Général Adjoint d’OCTO Technology. Sympa de voir 2 Boss mouiller le maillot et se lancer dans une présentation d’une heure, construite comme une pièce de théâtre.

La session débute devant 200 personnes, par une présentation de l’objectif : nous faire partager la conviction qu’un SI est aussi épanouissant à construire qu’à utiliser. Pour cela, chacun joue un rôle. Laurent sera le DSI et Pierre le journaliste, qui lui propose de remettre de la convivialité dans son SI.

Laurent Avignon débute par quelques mots qui parlent aux DSI présent dans la salle : « Mon DG me met la pression, la DSI est en danger, on parle de délocaliser en Inde une partie de mon activitié… je n’ai pas le moral. En plus je vois les autres qui réussissent comme eBay, ou Firefox, mais comment faire ? »

Tout d’abord, comme explique Pierre, regardons les différences culturelles entre ces entreprises et la tienne. La gestion du changement fait partie de leur patrimoine génétique, avec des milliers puis des millions d’utilisateurs, ils se doivent d’innover. Le changement est perpétuel.

Laurent : oui en effet, mais moi, avec mon SI et mon SLA à tenir, je dois tout prévoir. Je ne peux pas mettre du changement sans contrôle, je ne peux pas mettre en ligne une nouvelle version. Pour l’instant je me sens éloigné de ces grands du Web, que ce soit un eBay ou un Firefox.

Pierre explique qu’en effet, changer un standard va te faire courir un risque. Cependant il existe des moyens pour redonner de la convivialité, car tu vas comprendre que le changement viendra de tes équipes, lorsque tu auras rendu plus convivial ton organisation et ton SI.

Tout d’abord, il faut un peu de discipline, au niveau des moyens, d’un cahier des charges. Mais c’est aussi une mobilisation de tes équpes, avec un but à atteindre. Est-ce que tes équipes savent pourquoi elles travaillent ?

Laurent répond que ce changement va apporter un risque de double culture. Certains vont s’essoufler, ceux qui font de l’Internet s’éclateront pendant que les autres seront sur le côté. C’est un risque trop important, qu’as-tu à répondre à cela ?

Tout d’abord l’Entreprise est un organisme. Je te parle là de changer son ADN. Je vais te proposer quelques idées pour changer ton système. Tout d’abord, identifie un « Borat ». Une personne prête à changer. Ensuite, si tu veux rendre convivial ton SI, mais que tu penses que le reste ne doit pas changer pour l’instant, je te propose de mettre en place des « Checkpoint Charlie ». Ces portes d’entrées-sorties, très spécifiées, permettent de travailler avec le reste de l’entreprise.
Les réformistes font peur car ils font changer les choses. Ce n’est pas l’innovation ou l’idée qui est innovante, mais la quantité des innovations proposées, bonnes ou mauvaise, comme le disait hier Luc de Brabandere. Tu dois identifier des leaders, capable de changer, et de mobiliser tes équipes.

Laurent reprend : cela me semble encore un peu abstrait, tu peux m’en dire plus ?

Pierre : je te propose de changer radicalement ton système d’information. Tu vas retrouver une infrastructure dynamique en changeant tes règles de fonctionnement. Regarde Wikipedia : 7ème site le plus visité dans le monde, 25 Web Masters, 30 000 contributeurs… et ça marche ! Est-ce que tu n’as pas dans ton SI des moyens d’améliorer la communication entre les équipes, en les laissant se contrôler à posteriori ?

Pierre continue : Salesforces.com par exemple propose aux développeurs de se créer des outils. Ces développeurs se sont appropriés l’outil et ont développé eux-même des petites applications, sans validation au préalable. Sur le site de Bouygtel, quelqu’un a eu l’idée d’ajouter un forum afin que les clients posent leurs questions, et que d’autres clients répondent. On aurait pû avoir peur et mettre un modérateur… ce qui n’est pas le cas. Dans la vraie vie, il y a 99% de gens normaux qui ne font pas n’importe quoi. Le contrôle à posteriori permet d’effacer les messages qui ne respectent pas la charte du site. Et bien grâce à cette idée, Bouygtel offre un excellent service client qui ne lui coûte rien, avec des réponses très pointues… Et ça marche, c’est convivial.

Pierre continue : le pari de la Confiance est opposé à l’idée de contrôle. Tu ne peux pas demander de la Confiance si tu conserves un Contrôle. Il faut donc que tu réflechisses pour que ton Intranet, ton système d’achat, ton support réseau, tout soit plus convivial.

Prenons par exemple l’outil SOCRATE de la SGCIB. Le front-desk avait un souci avec le backoffice. Plutôt que de tenter de conciler les deux mondes, les dirigeants ont laissé les équipes s’auto-organiser. Le système SOCRATE est ouvert, et il réconcilie la vue desk avec la vue compte, sans soucis.

Laurent demande alors comment y aller ?

Pierre résume ses idées. Tu veux un produit convivial et intégré ? Ce sera ton infrastructure et son interopérabilité qui feront un bon produit. Pour garder cependant de la bonne communication transverse, il faut des normes. Mais ce seront tes équipes qui les trouveront. Tu veux rendre plus ouvert ton SI ? met en place une Forge comme SourceForge.net, un appStore ou un Wiki par exemple.

Enfin, ajouter plus de responsables ne rend pas une entreprise meilleure. Des grandes entreprises réussissent avec 3 niveaux hiérarchiques. Si le transverse fait le pari de la confiance, tu dynamises ton SI et tu le rends plus convivial.

Le DSI facilite la communication et les échanges, demain je supprimerai ton poste et tu seras promu !

Conclusion
La présentation était vraiment enrichissante en expliquant simplement que le changement vient avec de nouvelles méthodes, de nouveaux outils et une volonté de réformer. Moderniser son SI, c’est mettre en place un système de communication basé sur de nouveaux outils de l’entreprise 2.0.
Chacun prend conscience que le DSI 2.0 a du pain sur la planche. Son travail n’est plus uniquement l’architecture du SI, mais la mise en place d’outils simples, ouverts et conviviaux, pour améliorer la confiance des utilisateurs.
La session est difficile à retranscrire, j’ai tenté de vous redonner l’enchaînement, mais si celle-ci est disponible en vidéo sur le site de l’USI, je pense que vous prendrez plus de plaisir en les regardant qu’en me lisant.
DSI du futur, convivialité, réformisme, des pointeurs qui nous donnent une idée du futur de demain.